Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Indre-et-Loire : 235 espèces végétales menacées de disparaître

-
Par , France Bleu Touraine

Sur les 1500 espèces végétales présentes en Indre-et-Loire, 235 sont menacées de disparaître selon l'association environnementale, la Sépant. En un siècle, c'est 15% de la flore propre à la Touraine qui a vu sa répartition diminuer de 20% sur le territoire.

73 espèces indigènes autrefois connues dans le département n'ont pas été retrouvées depuis 2000.
73 espèces indigènes autrefois connues dans le département n'ont pas été retrouvées depuis 2000. © Radio France - Julien Penot

Indre-et-Loire - France

"235 espèces du département sur 1 500 au total ont régressé de manière très significative, et essentiellement dans les cinquante dernières années", déclare Damien Avril, dans les bureaux de la Sépant. Pour arriver à cette conclusion, le chargé de mission de l'association environnementale s'appuie sur des travaux réalisés au XIXe siècle. Entre 1800 et 1950, Ernest-Henry Tourlet, un pharmacien de Chinon, a répertorié les espèces du département. De précieuses données botaniques qui ont ensuite été comparées à celle opérées entre 1950 et 2014. Résultat : 15% de la flore indigène à la Touraine a vu sa répartition diminuer de 20% sur le territoire. De plus, 73 espèces, autrefois familières du département, n'ont pas été recensées depuis 2000.

Menace pour la biodiversité 

Carte réalisée par la Sépant. Elle compare les espèces végétales qui ont été recensées entre 1800 et 1950, mais qui n'apparaissent plus depuis.  - Radio France
Carte réalisée par la Sépant. Elle compare les espèces végétales qui ont été recensées entre 1800 et 1950, mais qui n'apparaissent plus depuis. © Radio France - Julien Penot

Cette diminution entraîne une perte de la biodiversité végétale. Et elle n'est pas sans conséquence. "Cela induit une perte de fonctionnalité, c'est-à-dire que les écosystèmes seront moins à même de remplir leur fonction, par exemple la captation de carbone ou l'épuration des eaux et ils seront plus sensibles à des dégradations ou des atteintes comme le changement climatique", analyse Damien Avril. 

Autre conséquence : l'absence de certaines plantes bouscule la chaîne alimentaire. "Toutes ces espèces font parties d'un milieu, et donc complètent les interactions fonctionnelles de ce milieu", ajoute Vinciane Leduc, également chargée de mission. Les plantes concernées jouent par exemple un rôle  la pollinisation d'autres espèces. Les principaux facteurs de cette diminution sont les activités humaines. La construction d'habitation, de terrain cultivable et l'utilisation d'engrais chimiques qui s'est intensifiée depuis une cinquantaine d'années en France.

Damien Avril explique les causes et conséquences de cette diminution de la biodiversité en Indre-et-Loire

Agir à l'échelle du citoyen

Pour ralentir, voire rattraper, cette diminution de la flore en Touraine, la Sépant mène des actions depuis trois ans au sein des cultures. Sur une quinzaine de sites, l'association a semé des plantes messicoles, liées à la culture du blé et de l'orge, sur 8 000 m² pour tenter de les réintroduire dans leurs milieux respectifs.  

Au delà des plantes qui vivent proches des cultures céréalières, Damien Avril alerte sur le rôle décisif des consommateurs dans la préservation des espèces dans les milieux ouverts. "Ce sont des prairies ou des pelouses qui sont dépendantes de l’élevage expansif. Chacun à son échelle peut participer au maintien d'un réseau d'éleveurs compatibles avec la préservation de la biodiversité végétale". En favorisant les élevages locaux, les consommateurs permettraient une meilleur conservation de la flore.