Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Indre-et-Loire : commerçants et artisans relèvent des défis en faveur de l'environnement

mardi 7 novembre 2017 à 5:52 Par Aurore Richard, France Bleu Touraine

Une trentaine de commerçants sur la communauté de communes de Gâtine et Choisilles - Pays de Racan participent à un "éco-défi" organisé par les Chambres des Métiers. Ils devaient relever trois défis pour l'écologie. Le salon de coiffure "Hair du Sud", à Sonzay, a facilement rempli sa mission.

Chaque lavabo du salon de coiffure est équipé d'un économiseur d'eau
Chaque lavabo du salon de coiffure est équipé d'un économiseur d'eau © Radio France - Aurore Richard

Indre-et-Loire, France

Des boulangers, des garagistes, des restaurateurs.... 32 artisans et commerçants de la communauté de communes de Gâtine et Choisilles - Pays de Racan se sont engagés en faveur de l'écologie. Ils participent à un éco-défi lancé par les Chambres des Métiers. Pour obtenir le label, ils avaient trois défis à relever : trier ses déchets, économiser l'eau ou encore réduire ses emballages.

A Sonzay, Corinne Lambec, la patronne du salon de coiffure "Hair du Sud" a aussi choisi de se lancer dans l'aventure. Un premier défi, concernant l'utilisation de produits respectueux de l'environnement, a été facile à remplir. "Mes shampoings et soins, c'est de l'oxydant sans ammoniaque, avec de l'huile dedans. Les couleurs, c'est pareil, elles ne sont qu'à base d'huile", explique la commerçante. Elle les utilise depuis qu'elle s'est installée à son compte il y a 7 ans, c'est donc un geste simple pour elle.

Un effort financier rentable sur le long terme

Il en va de même pour les autres défis qu'elle a relevés. Le tri des déchets, l'utilisation d'un économiseur d'eau, la réparation plutôt que le remplacement des machines, etc. Cela ne lui a pas posé de difficultés non plus sur le plan financier. "Je suis passée aux ampoules basse consommation. Pour refaire le plafond, ça a coûté une petite somme de 800 euros. C'est sûr que c'est un investissement mais que l'on va récupérer sur la facture tout au long de l'année", certifie-t-elle.

Ce mardi 7 novembre, elle va recevoir un diplôme "éco-défi". Il sera accroché à un mur du salon. Elle l'a promis à ses clients.