Climat – Environnement

L'association Indre Nature dénonce un massacre du bocage dans le Boischaut Sud

Par Adèle Bossard, France Bleu Berry mardi 4 avril 2017 à 20:38

Les troncs et les branchages sont entreposés sur des dizaines de mètres.
Les troncs et les branchages sont entreposés sur des dizaines de mètres. © Radio France - Adèle Bossard

L'association Indre Nature dénonce un "massacre" du bocage dans le sud de l'Indre, sur la commune de Lourdoueix-Saint-Michel. Sur une exploitation de 100 hectares, des arbres ont été abattus et des bouchures rasées à blanc. Les milliers de mètres cubes de bois vont finir déchiquetés.

L'association Indre Nature est révoltée par ce qu'elle qualifie de "bocage massacré à grande échelle". Sur la commune de Lourdoueix-Saint-Michel, dans le sud de l'Indre à la limite de la Creuse, un agriculteur et son jeune associé ont abattu des arbres et rasé à blanc des bouchures, ces petites haies qui servent à séparer les champs. Ils ont voulu rassembler plusieurs parcelles d'une exploitation qui compte en tout une centaine d'hectares. Le président du conseil départemental s'est même rendu sur place la semaine dernière, à la demande du maire de Lourdoueix. Sur place, sur le bord d'une petite route à quelques mètres du bourg, des dizaines de branches, de troncs tout juste coupés sont entreposés. "Tout est accumulé là pour être exploité sous forme de granulés ou de plaquettes sous forme de chauffage, se lamente Jacques Lucbert, le président de l'association Indre Nature. Ça fait 3 mètres de haut et il y a des centaines de mètres. Ça représente des volumes énormes."

Les haies et les arbres ont été coupés pour rassembler plusieurs parcelles et faciliter la culture de céréales. - Radio France
Les haies et les arbres ont été coupés pour rassembler plusieurs parcelles et faciliter la culture de céréales. © Radio France - Adèle Bossard

Pour le président de l'association, Jacques Lucbert, il s'agit tout simplement d'une "atteinte au milieu naturel que représente le bocage. C'est aussi une atteinte au patrimoine du territoire : aujourd'hui, on évoque un parc naturel du Boischaut sud. Mais il n'y en aura pas s'il n'y a plus de bocage et plus de haies ! Détruire le bocage, c'est détruire tous les efforts de mise en valeur de ce territoire". Un exploitant forestier qui habite tout près regrette également que le bois ait été coupé sans s'intéresser à sa valeur. "J'ai regardé de plus près et j'ai remarqué une grande diversité d'essences d'arbres. Par exemple, un poirier qui a plusieurs siècles et qui est voué au déchiquetage, c'est dommage".

"Un nettoyage plus respectueux aurait coûté bien trop cher"

Quant aux agriculteurs propriétaires de la parcelle, ils assurent que la récolte des céréales est bien plus compliquée sur une parcelle séparée par des haies ou des bouchures. Ils affirment également qu'ils ont passé l'hiver à défricher une parcelle "qui n'a pas été entretenue depuis 50 ans". D'après leurs calculs, un nettoyage plus respectueux, sans couper les arbres à blanc, coûterait environ 800 euros par hectare, une somme qu'ils n'ont pas voulu investir.

Nous avons également pu consulter un rapport réalisé sur place par un membre de l'association Indre Nature. Celui-ci reconnaît que l'agriculteur était bien dans son droit en coupant les arbres et les haies, et que c'est une pratique de plus en plus répandue pour agrandir les surfaces agricoles.