Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Indre : la Chambre d'Agriculture accompagne les agriculteurs, de plus en plus nombreux, qui se lancent dans le bio

-
Par , France Bleu Berry

Selon les dernières statistiques disponibles, entre 2016 et 2017, 18 agriculteurs de l'Indre se sont lancés dans le bio. Ce chiffre augmente dans le département d'année en année. La Chambre d'Agriculture soutient ces professionnels, notamment à travers son "Pôle Conversion".

Etienne Mouchet a converti ses 300 hectares, à Vineuil, en bio.
Etienne Mouchet a converti ses 300 hectares, à Vineuil, en bio. © Radio France - Aurore Richard

Indre, France

Le Printemps bio,  commence ce mardi 21 mai dans l'Indre. Pendant un mois, producteurs, magasins spécialisés, transformateurs, associations vont faire la promotion de l'agriculture biologique. Une campagne coordonnée par le réseau Bio Centre-Val-de-Loire qui milite pour l'évolution des pratiques agricoles, et qui a pour but de construire une filière bio régionale. 

Le bio progresse dans l'Indre grâce aux actions importantes du GDAB 36 (Groupe de Développement de l'agriculture Biologique de l'Indre) et de la chambre d'agriculture. Selon les dernières statistiques, le département comptait 166 fermes bio en 2017, contre 148 en 2016, sur un total de plus de 3770 fermes. C'est peu mais cela représente tout de même une augmentation de 12%. C'est la de meilleure augmentation en région Centre-Val de Loire. L'Indre compte donc quasiment 10 000 ha en bio, c'est 3% de sa surface agricole utile.

Il y a des exploitations céréalières, fourragères et aussi de l'élevage bio. La Chambre d'Agriculture du département aimerait que plus d'agriculteurs se tournent vers le bio. Elle a donc créé un Pôle Conversion au bio en 2017 pour accompagner les agriculteurs.

Place au désherbage mécanique

Etienne Mouchet par exemple, possède 300 hectares à Vineuil, et il s'est converti au bio l'an dernier. Il est donc passé de 4 à 12 cultures : de la luzerne, des céréales, des lentilles. Autre changement : le pulvérisateur de pesticides reste au hangar. A la place, l'agriculteur s'est mis au désherbage mécanique avec une herse étrille et il va bientôt acheter des outils de binage. 

Ce matériel vaut quelques milliers d'euros et c'est convenable pour Etienne. Le quinquagénaire avait peur de se lancer, notamment pour une question d'argent. "Sur la période de conversion, on a deux années de récolte où on produit moitié moins qu'en conventionnel et on n'a pas encore les prix du bio. On peut avoir quelques prix intermédiaires mais il y a une période un peu dure à passer au niveau trésorerie", explique l'agriculteur. 

Prévoir le budget, les outils, etc. 

C'est là que le Pôle Conversion peut aider. Mathieu Wullens s'occupe, entre autres, des prévisions de budget, d'outillage. "Au niveau des animaux, un système bio repose souvent sur de l'autonomie en fourrage et donc il faut que le producteur arrive à nous nourrir ses bêtes avec des aliments auto-produits sur sa ferme. S'il ne le fait pas aujourd'hui, il faut qu'il se pose la question en amont pour voir comment il va faire demain", indique Mathieu Wullens. 

Il propose aussi aux professionnels qui s'interrogent, de rencontrer des confrères qui ont déjà franchi le pas. En 2018 par exemple, ce Pôle Conversion a aidé 26 fermes de l'Indre. 

Pour le président de la chambre d'agriculture de l'Indre, Robert Chaze, reste un gros point noir : des aides européennes en retard de plusieurs mois, voire plusieurs années. On parle de 20 000€ en moyenne pour chaque ferme.

Dans le cadre du 20eme Printemps Bio, plusieurs événements auront lieu dans le Berry et une cinquantaine d'animations en région Centre-Val-de-Loire.  Dans le Berry, on peut par exemple citer des dégustation de vins du Sancerrois issus de l'Agriculture Biologique au Domaine Laporte à Saint-Satur, un marché bio des producteurs à Bourges au jardin de l'Archevêché samedi 25 mai ou encore cette exposition de peintures "Quand l'Art et les cristaux se mêlent au Bio" jusqu'au 1er juin au magasin "Éthique et bio" à Issoudun.