Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Inondations de Nîmes le 3 octobre 1988

Inondations de 1988 à Nîmes : sa maison est devenue impérméable

mardi 2 octobre 2018 à 21:36 Par Romeo Van-Mastrigt, France Bleu Gard Lozère

Trente ans après les inondations de 1998 à Nîmes, la méfiance reste de mise. Certaines personnes ont équipé leurs maisons pour empêcher tout dégât.

Cette habitante a installé des batardeaux, des plaques étanches à installer sur les portes en cas de fortes pluies
Cette habitante a installé des batardeaux, des plaques étanches à installer sur les portes en cas de fortes pluies © Radio France - Julie Munch

Nîmes, France

Elle a vécu toutes les inondations : en 1988, 2003 et 2005. Depuis, en cas de fortes pluies, Françoise a fait de sa maison une forteresse imprenable. Ces épisodes catastrophiques lui ont laissé un souvenir amer : "Maintenant, les inondations, ça me fait très peur. Donc je m’organise."

Dans sa maison située derrière la gare de Nîmes, elle a fait le nécessaire pour empêcher l’infiltration de l’eau dans sa demeure. Elle a tout prévu : des batardeaux sur les portes et les fenêtres ou des dispositifs anti-refoulement pour éviter les remontées d'égouts par les toilettes et les douches.

"Je préfère être prête"

Ces batardeaux, des plaques qui bloquent les ouvertures de la maison, ont été livrés par un expert après diagnostic. "Ils se sont basés sur les crues qui ont eu lieu ici en 1988", note Françoise. Elle préfère être prête : "Même s’il n’y a pas d’alerte, s’il pleut fort, je fonce sur mes dispositifs anti-pluie." Par précaution, elle a même laissé ses clés à ses voisins, pour qu’ils agissent si Françoise est absente. 

En revanche, ces équipements ne sont pas gratuits. Françoise a dû débourser environ 1.900 euros pour équiper son logement. Ils peuvent être en partie subventionnés par l’agglomération nîmoise grâce au dispositif "Nim’Alabri". Il permet aux propriétaires et locataires habitant en zone innondable de protéger leurs habitations.