Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Inondation : une cellule de soutien médico-psychologique pour les sinistrés de Lisieux

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Huit jours après les inondations qui ont touché Lisieux, une cellule médico-psychologique a été mise en place dans le centre communal d'action social de la ville. Elle a reçu la visite de plus d'une dizaine de sinistrés en une heure et demi.

Une cellule d'urgence médico-psychologique a été mise en place à Lisieux
Une cellule d'urgence médico-psychologique a été mise en place à Lisieux © Radio France - Olivier Duc

Lisieux, France

Les orages de la nuit du 24 au 25 juin ont provoqué à Lisieux inondations et coulées de boue. Le niveau de l'eau a même atteint jusqu'à un mètre cinquante dans certaines habitations.

Depuis huit jours, le centre communal d'action social de Lisieux est au côté de la centaine de famille sinistrées : hébergement d'urgence, aides financières, constitution de dossiers d'assurances.

Une cellule d'urgence médico-psychologique accompagne également ceux qui ont été marqués par cette brusque montée des eaux et ses conséquences.

Les conséquences psychologiques se voient aujourd'hui et seront peut-être durables chez certaines personnes

"Ces accompagnements sont importants. On a vu beaucoup de personnes qui avaient tout perdu, explique Frédéric Lecompte, le directeur du CCAS. Tout perdre, cela peut paraître que du matériel mais ce sont les jouets des enfants, les photos de famille... 

Beaucoup de choses peuvent être perdues et ne se reconstruisent pas de cette manière-là. Donc les conséquences psychologiques se voient aujourd'hui et seront peut-être durables chez certaines personnes" 

Ce qui est dommage, c'est qu'il n'y ait pas plus de monde qui viennent parce que je crois que la souffrance de chacun est encore là

En une heure et demi, la cellule a reçu la visite de plus d'une dizaine de sinistrés venus chercher un soutien à l'image de Jean José. 

"Il y a l'impact  de ces conditions météos, le réveil en pleine nuit à une heure et demi du matin, cette vague énorme qui faisait un mètre vingt dans la rue, le voisin qui a failli se noyer, les gens qui paniquaient... on a subi cette situation.

C'est bien d'avoir ouvert cette cellule. Ce qui est dommage, c'est qu'il n'y ait pas plus de monde qui viennent parce que je crois que la souffrance de chacun est encore là."

La cellule d'urgence médico-psychologique pourrait être reconduite au CCAS de Lisieux en fonction des besoins et des demandes.