Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Inondations à Gan : ces commerçants qui ont tout perdu

mardi 17 juillet 2018 à 18:57 Par Maud Calves, France Bleu Béarn

Après les inondations ce lundi à Gan, tous les commerces du centre-ville ont été sinistrés. Certains commerçants vont devoir tout reprendre à zéro. Il faut désormais comptabiliser les dégâts. Portraits de ces commerçants qui se retroussent les manches.

Certains habitants ont eu plus de 80 cm d'eau chez eux.
Certains habitants ont eu plus de 80 cm d'eau chez eux. © Radio France - Maud Calvès

Gan, France

"Il y a tout ce qui n'est pas chiffrable" Roselyne Pees, fleuriste. 

Roselyne Pees nettoie le peu de mobilier qu'il lui reste.  - Radio France
Roselyne Pees nettoie le peu de mobilier qu'il lui reste. © Radio France - Maud Calvès

Le jet d'eau à la main, Roselyne Pees, fleuriste à Gan, tente de sauver ce qu'il lui reste. Ses fleurs vont finir à la poubelle car l'eau les a tachées, des miroirs ont été cassés et son plancher est perdu. L'année dernière elle avait rénové son magasin mais aujourd'hui, tout est à refaire. Le jour de l'inondation, ce lundi, elle passait devant l'établissement pour faire une livraison. Impuissante, elle a dû regarder l'eau monter, sans pouvoir approcher son magasin. Malgré tout, elle tient à honorer ses engagements. Ce week-end, elle a promis de fournir les fleurs pour un mariage. Bien qu'elle n'ait plus de matériel informatique, ni de stock de fleurs, elle va tout de même se débrouiller. "J'ai joint la mariée pour qu'elle me renvoie toutes les photos puisque j'ai tout perdu sur les ordinateurs. Après, je vais faire en fonction puisque je me suis engagée, à trois jours du mariage je ne peux pas reculer, ensuite on verra quand est-ce que l'on pourra rouvrir". 

Ecoutez le témoignage de Roselyne Pees, fleuriste à Gan.

"Il faut aller de l'avant" Sandrine Ramon Diago, gérante du magasin Carrefour Contact

Sandrine Ramon Diago, gérante du Carrefour contact.  - Radio France
Sandrine Ramon Diago, gérante du Carrefour contact. © Radio France - Maud Calvès

Son magasin a ouvert il y a huit jours, mais tout est à refaire. Pour l'alimentaire seulement, les pertes sont estimées à 130 000 euros. Sandrine n'a pas encore fait le point sur les dégâts matériels. Elle doit changer cinq vitrines alimentaires et les congélateurs sont fichus. Dans son malheur, elle parvient tout de même à faire preuve d'ironie : "C'est un peu mon baptême mais on va le prendre du bon côté. Il y a plus grave dans la vie, ce n'est que du matériel. Ça peut-être une image désolante mais rien n'est insurmontable, il faut juste relever les manches et aller de l'avant."

Sandrine Ramon Diago, gérante du Carrefour contact.

"Avec 20 cm d'eau dans l'établissement, les larmes montent rapidement" Didier Motard, charcutier

Didier Motard, charcutier à Gan.  - Radio France
Didier Motard, charcutier à Gan. © Radio France - Maud Calvès

Dans l'avenue Henri IV, Didier Motard et ses filles sont à pied d'oeuvre pour nettoyer. La vitrine réfrigéré de son magasin ne fonctionne plus et il a fallu jeter toute la chambre froide, 500 kg de viande. Charcutier depuis 27 ans à Gan, il avait 20 cm d'eau dans son magasin pendant les inondations. Didier Motard espère rouvrir dans deux semaines. "Quand on voit 20 cm un peu partout dans l'établissement, il y a les larmes qui montent rapidement. Il faut relativiser, de notre côté ce ne sont que des dégâts matériels. Aujourd'hui ça va mieux, on va attendre que ça sèche."

Didier Motard, charcutier à Gan.