Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Inondations dans l'Aude

Inondations dans l'Aude : une importante solidarité dans les communes sinistrées

dimanche 21 octobre 2018 à 18:34 Par Théo Caubel, France Bleu Occitanie, France Bleu, France Bleu Hérault, France Bleu Gard Lozère et France Bleu Roussillon

Une semaine après les inondations, les sinistrés continuent les opérations de nettoyage. Ils peuvent compter sur l'aide de nombreuses personnes venues de toute la région pour prêter main forte.

Les habitants trient ce qui peut encore être sauvé et ce qu'il faut jeter.
Les habitants trient ce qui peut encore être sauvé et ce qu'il faut jeter. © Radio France - Théo Caubel

Saint-Hilaire, France

La solidarité s'organise dans l'Aude. Alors que le président de la République, Emmanuel Macron, est attendu dans le département ce lundi 22 octobre, les sinistrés continuent à nettoyer. Ils peuvent compter sur l'aide des pompiers et de la sécurité civile encore mobilisés. Les amis et la famille, bien évidemment, sont présents. Mais aussi des inconnus venus en nombre prêter main forte.

"Il y a des gens qui sont venus exprès de Toulouse"

À Saint-Hilaire près de Limoux, où une vague de 8 mètres a tout dévasté lundi, les sinistrés étaient surpris par l'ampleur de la solidarité ce week-end. Janick, par exemple, s'occupe du centre de don dans la salle des fêtes. Elle vit normalement à Perpignan mais depuis les événements elle aide la commune. Même elle est surprise par l'ampleur de l'aide. Il y a "des gens qui sont venus exprès de Toulouse nous amener des dons. Les bénévoles viennent aussi des villages autour jusqu'à Castelnaudary. On a même des personnes de Toulouse qui viennent tous les jours et qui prennent sur leur temps de travail pour aider les sinistrés."

Le centre de don de Saint-Hilaire a déjà reçu des tonnes de dons.  - Radio France
Le centre de don de Saint-Hilaire a déjà reçu des tonnes de dons. © Radio France - Théo Caubel

Dans les rues, ces personnes solidaires multipliaient les opérations. "On nettoie. On va aider les particuliers dans leur jardin. On fait des tas de bois, des tas de plastiques. On a trouvé des sièges auto dans les arbres. On enlève la boue. On nettoie les caves des écoles, etc." explique Christelle venue spécialement de Montpellier et qui n'était jamais venue à Saint-Hilaire avant les inondations. 

"Je suis venue avec mon mari. On a fait garder les petites"

Pour elle, faire le trajet était nécessaire. "Nous, on est dans notre confort. On ne peut pas laisser les gens comme ça, sans rien, sans maison. Je suis venue avec mon mari. On a fait garder les petites."

Il y a même des entreprises qui ont mobilisés leurs salariés, c'est le cas de Morgane qui vient aussi de Montpellier. "Notre employeur a tout organisé. Il a affrété un bus du siège social où l'on travaille jusqu'à ici. On n'avait plus aucune excuse, il fallait qu'on vienne."

À Saint-Hilaire, les dégâts des inondations restent toujours impressionnant. Une vague de 8 mètres avait tout emporté lundi. - Radio France
À Saint-Hilaire, les dégâts des inondations restent toujours impressionnant. Une vague de 8 mètres avait tout emporté lundi. © Radio France - Théo Caubel

Et du côté des sinistrés, cette aide inespérée est un soulagement. "Le réseau de cette amitié et de cette solidarité, _c'est un fortifiant énorme_" explique Anick dont la maison a été fortement touchée par les inondations. La sexagénaire reste notamment marquée par l'aide d'un jeune inconnu qui "a passé des heures et des heures à déblayer du limon. Et ce n'est pas juste nettoyer des bibelots", souligne Anick.

La fatigue gagne les sinistrés

Car à Saint-Hilaire, le contre coup commence à se faire sentir. Une semaine après, la fatigue gagne les sinistrés alors que le nettoyage est loin d'être fini. Dans le village, tout le monde espère que cette solidarité ne va pas retomber car elle va encore être nécessaire dans les prochaines semaines.