Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Inondations dans l'Aude

Inondations dans l'Aude : des "épisodes méditerranéens" difficiles à prévoir selon Météo France

Des pluies diluviennes se sont abattues sur l'Aude dans la nuit de dimanche à lundi provoquant des inondations meurtrières. Ces "épisodes méditerranéens" ou "orages cévenols" qui se produisent trois à six fois par an en moyenne restent difficiles à prévoir selon Météo France.

Photo aérienne de Trèbes (Aude) inondée le 15 octobre 2018.
Photo aérienne de Trèbes (Aude) inondée le 15 octobre 2018. © AFP - SYLVAIN THOMAS

Le département de l'Aude est toujours placé en vigilance rouge aux inondations après les orages et les pluies torrentielles qui ont fait plusieurs morts dans la nuit de dimanche à lundi. La crue a atteint un niveau sans précédent depuis 1891. 

Intempéries dans l'Aude : ce que l'on sait

Des orages brefs, localisés et très violents, accompagnés de pluies intenses qui provoquent "des inondations souvent rapides (crues éclairs)" sont caractéristiques des "épisodes méditerranéens" qui se produisent trois à six fois par an en moyenne, à l'automne, dans le sud de la France. 15 départements sont susceptibles d'être touchés : Alpes-de-Haute-Provence, Alpes maritimes, Ardèche, Aveyron, Aude, Bouches-du-Rhône, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Drôme, Gard, Hérault, Lozère, Pyrénées-Orientales, Var et Vaucluse.

Dans le cas de l'Aude deux phénomènes se sont combinés explique Guillaume Ferry, directeur de la surveillance chez Predict, la filiale risques de Météo France : aux masses d'air chaud, humide et instable venues de la Méditerranée qui sont "un phénomène assez classique" en cette saison dans la région, s'est ajoutée "de l'humidité" peut-être due à "la fin du cyclone Leslie" qui a frappé le Portugal dans le week-end.

"Impossible de prévoir exactement où ce phénomène va se déclencher localement"

Connus des météorologues, ces phénomènes restent difficiles à prévoir selon Météo-France qui étudie de près les épisodes méditerranéens via le programme de recherche international Hymex depuis 2010. Si l'organisme de prévision est capable de prédire qu'un risque menace une zone, "il est impossible de prévoir exactement où ce phénomène va se déclencher localement" souligne le portail d'informations public Géorisque.

Leur fréquence est aussi très aléatoire. Sur la période 1958-2014, "l'année 2014 détient le record maximal du nombre de jours de pluie intense devant 1976, tandis que 2012 fait partie des années les moins affectées", cite à titre d'exemple Météo-France sur son site.

Des épisodes plus fréquents et intenses avec le changement climatique

Avec une meilleure connaissance des phénomènes d'évaporation en Méditerranée, de ce qui se passe à l'intérieur des nuages, des modèles de prévisions à une échelle plus fine ou encore l'amélioration des statistiques concernant ces phénomènes qui restent exceptionnels, "on a des pistes prometteuses d'importants progrès", espère toutefois Marc Pontaud, directeur de recherche chez Météo-France interrogé par l'AFP.

Des tendances à long terme se dessinent sur le bassin méditerranéen avec le changement climatique : "une baisse des précipitations moyennes, visible à partir du milieu du XXIe siècle" et "des épisodes méditerranéens plus fréquents et potentiellement plus intenses à la fin du XXIe siècle".

► Plus d'informations sur le site internet www.vigicrues.gouv.fr, qui scrute 22.000 km de cours d'eau en France. Le dispositif "Vigicrues Flash", a été mis en place pour les mairies. Les 10.000 communes éligibles en France, peuvent ainsi recevoir - par SMS notamment - des avertissements sur l'arrivée de crues soudaines, plus précis que les habituelles vigilances départementales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu