Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

"Je suis venu de Narbonne pour aider" : dans l'Yonne, après la crue, le déblayage

dimanche 28 janvier 2018 à 11:07 Par Lisa Guyenne, France Bleu Auxerre

La décrue est confirmée depuis ce week-end dans l'Yonne. Les cours d'eau sont repassés en vigilance jaune et le niveau de l'eau baisse, mais après les inondations, le pire reste à venir pour de nombreux foyers.

Dans le jardin, l'eau est montée jusqu'à un mètre cette semaine
Dans le jardin, l'eau est montée jusqu'à un mètre cette semaine © Radio France - Lisa Guyenne

Joigny, France

"C'était impressionnant" : le témoignage de cette famille sinistrée à Joigny

"Je me dis que c'est pas possible. Tous les parquets sont morts, tout est à refaire." David n'en revient toujours pas : cette semaine, il avait de l'eau jusqu'aux chevilles dans le salon de sa maman. Elle habite à la sortie de Joigny, à une centaine de mètres à peine de la rivière. Et alors que la décrue est amorcée, les traces d'eau sur les murs et l'odeur d'humidité qui règne dans la maison attestent des dégâts.

"Je suis monté de Narbonne pour aider"

"Ma mère fait de l'asthme, elle est âgée... Elle était en panique", se souvient David. "J'étais dans le Sud, près de Narbonne, et il y a deux-trois jours, je suis remonté directement pour l'aider." Aujourd'hui, l'heure est au déblayage, et c'est toute la famille qui s'y met. "On est avec les serpillières avec ma soeur, les petits... On s'y est tous mis, pour essayer de sauver un peu tout ça."

Et si ce week-end l'eau a quitté le rez-de-chaussée, en milieu de semaine, c'était du jamais-vu, affirment Etienne et Georges, deux autres membres de la famille venus prêter main-forte. "Là, c'est rien à côté de ce que c'était." "J'ai pris ma journée mercredi, c'était complètement inondé ! C'était impressionnant."

On va pouvoir sortir les cannes à pêche... - David

Quant au jardin, c'est plutôt... une piscine. Il est encore complètement inondé, car cette semaine, l'eau est montée jusqu'à un mètre : "On voit encore la trace sur le cabanon", montre Georges. "J'avais de l'eau jusqu'aux cuisses." L'Yonne sortie de son lit a aussi charrié de curieux occupants : "C'est fou, on a vu des genres de vers dans l'eau, des vers un peu bizarres, on ne sait pas trop ce que c'est", hésite David. "On nous a conseillé de ne pas trop dormir à la maison à cause des bactéries. Donc le jour, on déblaie, et le soir, heureusement, on se fait héberger par la famille dans le coin."

Vers une reconnaissance de catastrophe naturelle ?

Tout ce qu'ils espèrent, maintenant, c'est une météo favorable, pour que l'humidité disparaisse au plus vite. Comme eux, ils sont nombreux à compter sur la famille ou les amis pour réparer les dégâts de la crue. Il est donc encore difficile d'évaluer le nombre de foyers touchés par les inondations dans l'Yonne. Les mairies de Joigny et Migennes incitent les sinistrés à leur déposer un dossier, afin de faire reconnaître l'état de catastrophe naturelle. 

A Joigny, des permanences sont assurées du lundi 29 au mercredi 31 janvier, de 14 h à 20 h en mairie, pour vous aider dans vos démarches, ainsi qu'à l'adresse inondation@ville-joigny.fr.