Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Inondations en Béarn : "Nous allons tout faire pour accélérer la procédure de catastrophe naturelle"

lundi 16 juillet 2018 à 18:00 Par Oanna Favennec, France Bleu Béarn

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Gilbert Payet, expliquait ce lundi à Gan au micro de France Bleu Béarn qu’il allait tout faire pour que le classement en "catastrophe naturelle" par la commission nationale se fasse rapidement, après les inondations qui ont touché Gan et alentours.

Le préfet des Pyrénées-Atlantiques ce lundi lors de l'émission spéciale de France Bleu Béarn dans le hall de la mairie de Gan.
Le préfet des Pyrénées-Atlantiques ce lundi lors de l'émission spéciale de France Bleu Béarn dans le hall de la mairie de Gan. © Radio France - Agnès Andreu

Gan, France

L’objectif principal du préfet des Pyrénées-Atlantiques, ce lundi après-midi, alors que la décrue est engagée à Gan, et que, selon Gilbert Payet, "la crise est derrière nous", est de "tout faire pour accélérer la procédure de catastrophe naturelle s’agissant des habitations. Demander d’abord à Météo France de nous adresser les rapports nécessaires, les adresser sans délai à Paris, de manière à ce que les dossiers puissent passer le plus rapidement possible devant les commissions nationales."

A Gan, de nombreuses habitations et commerces ont été inondés : quasiment toute la rue principale jusqu’à la place de la mairie. L'eau est montée à une hauteur de plusieurs dizaines de centimètres. D’autres communes (Arudy, ou encore Rébénacq, Ogeu…) ont également été touchées par les eaux, dans une moindre mesure, mais "c’est un épisode qui n’a rien à voir avec ce qu’on a connu au mois de juin", relativise le préfet. "Comme à Salies-de-Béarn, j’ai pu constater ici la mobilisation des élus", s'est félicité Gilbert Payet. 

Quid d’un bassin de rétention dans la vallée d’Ossau ?

La réponse de Gilbert Payet n’est pas très enthousiaste : "Les bassins de rétention ne sont jamais suffisants pour faire face à des événements climatiques exceptionnels", rappelle-t-il. "Aucun barrage n’a jamais arrêté une crue. Ça peut limiter les dégâts, dans un certain nombre de cas, à condition que l’ensemble des autres mesures - la lutte contre l’artificialisation, l’entretien des cours d’eau, des canalisations- soit mis en place. En revanche, il faut lutter contre l’idée qu’un bassin de rétention va permettre de faire entre guillemets n’importe quoi. Ce qui n’est pas du tout le cas ici."

Le préfet s'est également réjoui que l'épisode n'ait pas fait de blessés. Sur la centaine de personnes évacuées ce lundi, un peu plus de 70 l'ont été à Gan, et toutes ont pu être hébergées ou rentrer chez elles.