Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Inondations en Haute-Corse : un an après le traumatisme est toujours présent

lundi 6 novembre 2017 à 7:29 - Mis à jour le lundi 6 novembre 2017 à 8:58 Par Patrick Rossi et Leila Mechaouri, France Bleu RCFM et France Bleu

Il y a un an, la Corse se trouvait confrontée à de graves inondations. Des pluies torrentielles s’abattaient sur l’île et plus précisément sur la Haute-Corse. Maisons inondées, commerces dévastés, ponts emportés, les dégâts ont été considérables. Et les plaies sont pour beaucoup toujours ouvertes.

Le traumatisme des inondations est toujours présent chez de nombreuses personnes
Le traumatisme des inondations est toujours présent chez de nombreuses personnes © Radio France -

Corse, France

« Nunda un po parà l’acqua ». Lorsque les pluies torrentielles ont frappé la Corse l’année dernière, personne n’imaginait qu’elles auraient des conséquences aussi importantes. Des pluies qui ont occasionné des dégâts majeurs, emportant tout sur leur passage, et laissant derrière un spectacle de désolation et des centaines et centaines de personnes en plein désarroi. Des faits que beaucoup ont encore à l’esprit aujourd’hui. Un an après, les plaies sont encore ouvertes pour beaucoup. De nombreux sinistrés vivent dans l'angoisse que l'histoire se répète. Une crainte partagée par les municipalités des communes impactées. Adjoint au maire de Biguglia, Sauveur Demasi croise les doigts et redoute les prochaines intempéries après la période de forte sécheresse et les incendies. Les dégâts provoqués par la montée des eaux ne sont même pas chiffrables, poursuit l'adjoint qui indique que la municipalité a bien demandé une enveloppe exceptionnelle de 800 mille euros, pour parer au plus pressé. Mais elle a été refusée. A Biguglia, on a nettoyé au maximum la rivière. Cela dit, tout le monde est bien conscient que ça ne suffira pas à éviter une nouvelle catastrophe.

Les eaux avaient envahi de nombreuses habitations, occasionnant des dégâts majeurs - Radio France
Les eaux avaient envahi de nombreuses habitations, occasionnant des dégâts majeurs © Radio France -

Quelles réalisations effectuées depuis ?

A Saint-Florent, l'eau est montée jusqu'à 1m60 dans la rue de la cathédrale, en plein centre de la commune, pour aller se déverser jusque dans le port. 250 personnes ont été sinistrées : une cinquantaine de familles et autant d'entreprises. Parmi eux, Joseph Salge, dont la famille a tout perdu. Il est le porte-parole d'un collectif d'habitants qui s'est monté à l'époque. Selon lui, l'eau a atteint 80 cm à 1 mètre de plus que lors des plus grosses crues connues à Saint-Florent. Et on ne connaît toujours pas l'origine de cette catastrophe, dénonce Joseph Salge.

Joseph Salge, porte parole du collectif des habitants de St Florent

Faux, répond le maire de Saint Florent, Claudy Olmeta. Des études sont en cours sur le terrain avec les services du département et les sapeurs-forestiers, afin de nettoyer au maximum les cours d'eau. Des mesures ont aussi été prises au niveau d'un mur qui faisait obstacle à la libre circulation de l'eau, en amont de la route départementale. Certes, ce n'est pas encore suffisant, mais le maire Claudy Olmeta demande un peu de patience de la part des habitants.

Claudy Olmeta, le maire de St Florent

Les commerces se relèvent péniblement

Tout le monde se souvient aussi de ces images impressionnantes : le centre commercial Géant Casino dévasté. La grande surface et tous les commerces voisins ont été submergés par les eaux. Les premières boutiques ont rouvert au bout de quelques jours, mais le supermarché, lui, est resté fermé 4 mois. Alors forcément, la fréquentation a chuté.

Dans la galerie marchande de Furiani, les commerçants ont vécu des moments très difficiles

Une situation d'autant plus difficile à vivre que beaucoup de commerçants n'ont toujours reçu la totalité des indemnités.

Du provisoire qui dure

Le réseau routier insulaire a été lui aussi fortement endommagé par la montée des eaux et les pluies torrentielles. Plusieurs ponts ont été emportés comme à Farinole, dans le Cap-Corse ou le pont de Casaluna dans la pieve de Vallerustie. Des ponts provisoires ont été mis en place pour rétablir au plus vite la circulation. Des ouvrages provisoires qui, un an après, sont toujours là.

Le pont de la Casaluna avait été en partie emporté par les eaux - Radio France
Le pont de la Casaluna avait été en partie emporté par les eaux © Radio France -

Dominique Mouries, directeur adjoint du pôle service technique au conseil départemental de Haute-Corse