Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Inondations en Normandie : agriculteurs et maraîchers ont souffert

vendredi 2 février 2018 à 18:14 Par Christine Wurtz, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Les agriculteurs et les maraîchers installés en bord de Seine subissent la crue de plein fouet, en Seine-Maritime et dans l'Eure. Comme en juin 2016, leurs cultures sont sous l'eau, et comme à l'époque, ils savent qu'ils ne seront pas indemnisés pour leurs pertes.

Alexandre Thénard devant ses champs de blé inondés à Freneuse
Alexandre Thénard devant ses champs de blé inondés à Freneuse © Radio France - Christine Wurtz

sC'est un nouveau coup dur pour les agriculteurs et les maraîchers installés en bord de Seine. Comme en juin 2016, leurs parcelles sont inondées par les crues et ils ne bénéficieront probablement pas des indemnisations prévues par l'état de calamité agricole, qui permet de compenser les pertes. 

A Freneuse, Alexandre Thénard exploite 250 hectares de terres en bord de Seine depuis 14 ans. Des parcelles situées en bordure du fleuve, à Freneuse, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, et Sotteville-sous-le-Val. Depuis une semaine, une centaine d'hectares sont inondés dont 30 hectares de blé et 15 hectares de colza. 

C'est toute notre culture d'hiver qui est concernée, et donc toute notre céréale à paille pour les bêtes."

Alexandre Thénard, agriculteur à Freneuse en Seine-Maritime.

Il n'a pas encore estimé les pertes mais Alexandre sait déjà qu'elles ne seront pas compensées. Lors de la crue de  juin 2016, il avait perdu près de trente mille euros. Pas assez, semble t'il, pour bénéficier d'une indemnisation de la part du fonds national de gestion des risques en agriculture. Et comme tous les agriculteurs installés en zone inondable, ses terres ne sont pas assurées. Mais Alexandre n'est pas découragé pour autant. 

Nous les agriculteurs, on a la passion de notre métier. On passe de crise en crise, c'est pas une petite inondation qui va nous faire baisser les bras"

Guillaume Labiffe sauve ses derniers choux de Bruxelles - Radio France
Guillaume Labiffe sauve ses derniers choux de Bruxelles © Radio France - Christine Wurtz

A Martot, de l'autre côté de la Seine dans l'Eure, les légumes des frères Labiffe ont souffert. Guillaume a quand même sauvé quelques choux de Bruxelles mais les choux rouges ont été arrachés par la crue. 

Les choux rouges ont été arrachés par la crue - Radio France
Les choux rouges ont été arrachés par la crue © Radio France - Christine Wurtz

Heureusement, le reste de la récolte était déjà rentré. Les deux frères avaient perdu toutes leurs cultures en juin 2016, et eux non plus n'avaient pas été indemnisés. 

"On va nous demander de remplir des formulaires et après on va nous dire qu'on ne rentre pas dans les clous, mais on a quand même perdu notre camelotte !"

s'énerve Nicolas qui réfléchit sérieusement à réduire de moitié la surface de ses terres cultivées en légumes. 

A Martot et à Criquebeuf-sur-Seine, il ne reste qu'une quinzaine de maraîchers. Ils étaient une trentaine il y a quelques années.