Climat – Environnement

VIDÉO - Inondations meurtrières sur la Côte d'Azur : le bilan un an après

Par Isabelle Lassalle, France Bleu Azur vendredi 30 septembre 2016 à 17:16

Octobre 2015, au lendemain des intempéries meurtrières.
Octobre 2015, au lendemain des intempéries meurtrières. © Maxppp -

Le 3 octobre 2015, de très violents orages s'abattent sur les Alpes-Maritimes. Le bilan est très lourd : il s'élève à 20 morts. Les victimes ont été surprises par la montée rapide des eaux. Retour sur les grandes étapes de la reconstruction, un an après.

La Côte d'Azur subit de très fortes intempéries dans la soirée du 3 octobre 2015. Au total, le bilan fait état de 20 morts. La commune de Mandelieu-la-Napoule est la plus endeuillée, avec neuf personnes décédées. Les victimes sont descendues sortir leurs voitures des parkings souterrains de leur résidence, elles n'ont pas pu remonter.

À Cannes, quatre victimes sont à déplorer. À Biot, trois personnes âgées ont été retrouvées noyées au rez-de-chaussée de leur maison de retraite du clos Saint-Grégoire. À Vallauris, trois personnes ont été submergées dans leur voiture dans un tunnel face à la gare de Golfe-Juan. Enfin, le corps d'une femme a été retrouvé à Mougins. Toutes les victimes ont été surprises par la montée rapide des eaux.

La nuit meurtrière du 3 octobre 2015

Les rues de Cannes sont devenues des torrents. Il est tombé presque 200 millimètres d'eau en quelques heures sur la croisette. Les pluies ont été torrentielles, les orages très violents : les images sont impressionnantes.

Le parc Marineland d'Antibes est détruit à plus de 90%. Jamais, depuis son ouverture, il y a 45 ans, le plus grand parc marin d'Europe n’avait connu un tel désastre. Les vagues provoquées par les intempéries ont libéré des dizaines d’animaux dans la nature. Certains sont morts et d'autres sont encore en danger.

Les premières mesures

Deux jours après les inondations, l'élan de solidarité s'organise : les appels ont été entendus. Des dizaines de bénévoles sont venus aider les sinistrés et les communes à nettoyer les maisons et les rues.

Dès le 7 octobre, le gouvernement a placé 14 communes des Alpes-Maritimes et 18 communes du Var en état de catastrophe naturelle. Cette décision permet d'accélérer le processus d'indemnisation des victimes. Selon les premières estimations, les intempéries vont coûter entre 550 et 650 millions d'euros aux assureurs.

Des hommages aux victimes

Deux semaines après les terribles intempéries, plusieurs communes rendent hommage aux disparus et aux bénévoles. Comme cette minute de silence, très émouvante à Biot, à laquelle assistent les habitants, les sinistrés et les bénévoles.

Le maire de Cannes, David Lisnard, a lancé un appel aux dons auprès des stars. Gilles Jacob, a également proposé d'organiser une vente aux enchères autour du cinéma.

Une reconstruction difficile

Plus de quatre mois après les intempéries meurtrières, le président du conseil départemental est allé sur le terrain à la rencontre des sinistrés aidés par la collectivité. Eric Ciotti s'est rendu à Mandelieu-la-Napoule, la commune la plus durement touchée.

Un mois plus tard, le procureur de Grasse a décidé d'ouvrir une information judiciaire contre X suite aux intempéries qui, sur Biot dans le Vallon des Combes, ont fait trois morts dans une maison de retraite.

Six mois après les inondations, les communes de la CASA s’organisent et poursuivent les travaux pour qu’une telle catastrophe ne se reproduise jamais. Un plan à deux volets : reconstruction et sensibilisation.

Partager sur :