Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Inquiétudes dans le sud creusois sur la qualité de l'eau potable

mercredi 16 juillet 2014 à 11:29 Par Valérie Mosnier, France Bleu Creuse

L'Agence régionale de santé doit prélever ce mercredi de l'eau issue des captages du secteur du camp militaire de La Courtine. L'armée a utilisé un désherbant pour l'entretien des zones pare-feu. Les élus et les habitants craignent une pollution.

Y a t-il eu pollution des captages d'eau potable près de La Courtine ? La question est sur toutes les lèvres dans le sud creusois, à tel point que l'Agence régionale de santé va faire des prélèvements ce mercredi, par mesure de précaution. Il y a quelques semaines, l'armée a utilisé du désherbant, du glufonisate, pour entretenir la zone pare-feu autour du camp. Une bande censée éviter les incendies liés aux exercices de tirs. Jusqu'à maintenant, le désherbage se faisait avec une machine mais après des accidents, l'armée a décidé de passer aux produits chimiques. Du côté du 126e Régiment d'Infanterie de Brive, dont le camp de La Courtine est un détachement, on assure que tout a été fait dans les règles.

Le lieutenant-colonel Guillaume Ponchin commande le 126e RI de Brive

Le dossier est entre les mains de la sous-préfecture d'Aubusson.

Florence Tessiot, sous-préfète d'Aubusson

Les résultats des prélèvements de l'ARS seront connus d'ici une dizaine de jours. D'ores et déjà, une réunion est prévue le 29 juillet en sous-préfecture pour faire le point sur le dossier.

 

Des élus pas forcément au courant - Angélique Bouchet