Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Inondations dans l'Aude

Intempéries dans l'Aude : ce que l'on sait

lundi 15 octobre 2018 à 21:55 Par Viviane Le Guen, France Bleu, France Bleu Roussillon, France Bleu Occitanie et France Bleu Hérault

Les violentes précipitations qui se sont abattues sur l'Aude et provoqué de graves inondations dans la nuit de dimanche à lundi ont fait au moins 11 morts. Il est tombé en six heures l'équivalent de trois mois de pluies par endroits.

Vue aérienne de Trèbes (Aude) le 15 octobre 2018.
Vue aérienne de Trèbes (Aude) le 15 octobre 2018. © AFP - SYLVAIN THOMAS

Trois mois de pluie en quelques heures. "L'épisode méditerranéen" qui a touché l'Aude dans la nuit de dimanche à lundi a fait au moins 11 morts deux disparus et neuf blessés selon un dernier bilan provisoire communiqué lundi soir par la préfecture. À 22h00, le département était toujours en vigilance rouge en raison du risque d'inondations.

Le Premier ministre Édouard Philippe s'est rendu sur place lundi et le président Emmanuel Macron est attendu mardi. Deux départements voisins sont aussi concernés par une vigilance orange : l'Hérault et les Pyrénées-Orientales. Un numéro vert a été mis en place par les autorités, il s'agit du 04.68.10.29.00.

Au moins 11 morts, huit blessés graves et une personne disparue

Selon le dernier bilan de la préfecture de l'Aude, cet "épisode méditerranéen de type cévenol" a fait au moins 11 morts, neuf blessés et deux personnes disparues dont une "à Puicheric en aval de Trèbes, le long du Canal du Midi" a précisé le préfet de l'Aude, Alain Thirion, sur franceinfo lundi soir.

Sept personnes ont perdu la vie à Trèbes, deux à Villegailhenc, une à Villardonnel et une à Villalier. Ces intempéries figurent parmi les plus meurtrières depuis une dizaine d'années.

Des évacuations étaient en cours en début de soirée près de Narbonne où des débordements étaient encore prévus. Plus tôt dans la journée, quatre communes avaient déjà été évacuées : Pezens (un peu plus de 2.000 habitants), Trèbes, Villegailhenc et Villemoustaussou. Coursan et Cuxac d'Aude ont également été en partie évacuées a précisé la préfecture dans la soirée. À 21h00, près de 1.000 personnes avaient été évacuées et 250 personnes prises en charge dans les centres d'hébergement.

Selon la préfecture, "les habitants ne peuvent pas réintégrer la commune jusqu'à nouvel ordre". "Les personnes ont été mises en sécurité."

De gros dégâts et des milliers de foyers privés de courant

Au moins 50 routes départementales et quatre ponts étaient coupés lundi soir après le passage des torrents d'eau boueuse. Des véhicules ont été emportés par les flots et des champs complètement noyés. 

A Villegailhenc, notamment, le pont central s'est brisé faisant de la ville une "quasi île" selon la gendarmerie. "Tout le monde est sous le choc parce que ça été très violent" avec des "maisons qui ont 1m20 d'eau et les bâtiments communaux idem", a confirmé le maire, Michel Proust, à l'AFP.

Par endroits les murs des maisons ont cédé sous la pression de l'eau comme l'a raconté Jean-Luc, qui habite dans la commune de Villemoustaussou, à France Bleu. 

Lundis soir, 10.540 habitants dans une vingtaine de communes étaient privés d'eau potable et 1.522 foyers sans électricité dans l’Aude. 1.500 clients dans l’Hérault n’avaient pas de courant non plus à 17h00 selon Enedis Languedoc Roussillon. 

La circulation des trains a été interrompue "jusqu'à nouvel avis" entre Castelnaudary et Narbonne, ainsi qu'entre Narbonne et Béziers.  

Les établissements scolaires seront fermés mardi et les transports scolaires suspendus dans tout le département de l'Aude. 

750 pompiers et 200 gendarmes et militaires mobilisés

"750 pompiers sont mobilisés et plus de 200 gendarmes et militaires sont dans les différentes communes les plus impactées pour éviter les atteintes à l’ordre public. On aura réussi à mobiliser neuf hélicoptères, ce qui a permis 107 hélitreuillages dans la journée sur ces différentes communes" a détaillé le préfet de l'Aude, Alain Thirion sur franceinfo lundi soir.

Le Premier ministre Edouard Philippe qui s'est rendu sur place avec le ministre de la Transition écologique François de Rugy lundi après-midi a annoncé une "procédure de catastrophe naturelle accélérée".

Un épisode méditerranéen "exceptionnel" et difficile à prévoir

Il est tombé en six heures l'équivalent de trois mois de pluies par endroits. Selon Météo-France, entre 150 et 300 mm d'eau sont tombés sur l'agglomération de Carcassonne en l'espace de 5 heures. 

D'après le préfet de l'Aude, Alain Thirion, "il faut remonter à 1891 pour avoir une densité de pluie aussi importante." Les communes de l’agglomération de Carcassonne ont été les plus touchées et notamment Trèbes (où les cumuls ont atteint 296 mm), Cuxac, Villemoustaussou, Villegailhenc et Conques. Plusieurs cours d'eau : l'Aude, la Cesse et l'Orbiel ont débordé.

Dans ces localités, la hauteur de l'eau a "parfois dépassé les 6 mètres" a précisé Alain Thirion sur franceinfo. C’est notamment le cas à Puichéric où une personne est toujours portée disparue.

  - Visactu
© Visactu

Un "épisode méditerranéen"est provoqué par "la concomitance d'une mer chaude en fin d'été, de remontées d'air chaud et assez humide du sud qui traverse la Méditerranée et [qui] vient buter sur les reliefs du Massif central et de la Montagne noire" rappelle Vigicrues. Ces phénomènes météo qui se produisent trois à six fois par an en moyenne, à l'automne, sont récurrents dans le sud de la France. Mais cet épisode a été plus intense que prévu, en raison du caractère stationnaire des intempéries.

"Les spécialistes considéraient que la dépression allait circuler plus vite que ce qui s'est passé" a rappelé le Premier ministre Edouard Philippe, interpellé par des sinistrés en colère.