Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Intempéries en Isère : La Chapelle-du-Bard sévèrement touchée

lundi 25 juillet 2016 à 19:48 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Isère

Suite aux violents orages de samedi soir, le Bard, torrent traversant la commune de La Chapelle-du-Bard, est sorti de son lit, en charriant boue, gravas et arbres. Trois jours après, la commune nettoie encore les dégâts : un coût financier important.

Les tracteurs de La Chapelle-sur-Bard, couverts de boue.
Les tracteurs de La Chapelle-sur-Bard, couverts de boue. © Radio France

Isère, France

En bas de la commune de La Chapelle-du-Bard, située en Isère à quelques kilomètres de Pontcharra, la route départementale 525 est coupée. Les habituels travaux d'été ? Pas du tout. Le petit village de 600 habitants répare peu à peu les dégâts causés par l'orage de samedi soir.

La D525 est fermée jusqu'à mercredi, selon le département. - Radio France
La D525 est fermée jusqu'à mercredi, selon le département. © Radio France

Joël Ginet, un Chapelain depuis son enfance, habite tout en haut du village. "La route était devenue une vraie rivière, l'orage était très violent" raconte-t-il. Lui et sa famille sont particulièrement touchés par l'orage. Car s'il n'a pas fait des dégâts en haut du village, le Bard est sorti de son lit en bas, là où se trouve l'ancienne maison de Joël.

Joël Ginet, habitant sinistré de La Chapelle-sur-Bard

"Il y a 1 mètre 50 de boue dans le sous-sol" raconte Joël. Il ne voulait pas y croire lorsqu'un ex-voisin l'a appelé. Un petit coup dur, car la maison était sur le point d'être vendue. Heureusement, les acheteurs sont toujours preneurs. Et en bonus, la maisonnée a même récupéré un petit chat. "Je l'ai retrouvé couvert de boue" sourit un des enfants Ginet. "J'espère juste être remboursé par l'assurance, j'ai appelé mais elles étaient débordées par tous les appels", ajoute son père.

Un des enfants de la famille Ginet, il a retrouvé ce petit chaton au milieu de la boue et l'a adopté. - Radio France
Un des enfants de la famille Ginet, il a retrouvé ce petit chaton au milieu de la boue et l'a adopté. © Radio France

Pas d'inquiétude non plus pour le maire de la commune, Michel Bellin-Croyat. Même s'il estime le coût des travaux à 200 000 euros "à minima", l'édile préfère relativiser. "Il n'y a pas de dégâts humains, et concernant le coût des travaux, la préfecture, le département, et la communauté de commune vont être solidaires", assure-t-il.

Michel Bellin-Croyat, maire de la commune et optimiste.

On lui a assuré qu'aucune poche d'eau ne s'était formé le long du torrent, sujet aux crues. La déclivité y est de 40 à 50%, ce qui entraîne forcément une grande prise de vitesse, et donc des risques de coulée comme celle de samedi. C'est en dessous d'un petit pont en bas de la commune que les gravas se sont accumulés, jusqu'à bloquer le lit, et provoquer la crue.

Près du pont où le Bard a débordé, les dégâts sont conséquents. - Radio France
Près du pont où le Bard a débordé, les dégâts sont conséquents. © Radio France

Sébastien Blanc et son entreprise de nettoyage public ont donc été appelés à la rescousse. "On a travaillé jusqu'à 3h du matin dans la nuit de samedi à dimanche", explique-t-il. Il fallait absolument redonner un lit au Bard, car de nouveaux orages étaient prévus. Heureusement, la commune y a échappé. Mais maintenant, Sébastien a mis tous ses hommes au travail, avec 3 pelleteuses pour dégager la route, d'abord, mais aussi nettoyer le lit du torrent, ensuite.

Sur la RD 525, en contrebas du pont où le Bard a débordé, les pelleteuses sont à l'ouvrage, et ce sont les seuls véhicules autorisés à utiliser le tronçon. - Radio France
Sur la RD 525, en contrebas du pont où le Bard a débordé, les pelleteuses sont à l'ouvrage, et ce sont les seuls véhicules autorisés à utiliser le tronçon. © Radio France

Pour couvrir les frais et avoir plus d'aide au niveau de l'Etat, le maire de la commune a décidé de rendre un dossier pour faire reconnaître l'état de catastrophe naturelle. En attendant les travaux pour empêcher que tel événement se reproduise à l'avenir.

Le parapet du pont à l'entrée du village a été emporté par la force du courant. - Radio France
Le parapet du pont à l'entrée du village a été emporté par la force du courant. © Radio France
Dans le village, on peut encore voir les séquelles de la colère des cieux. - Radio France
Dans le village, on peut encore voir les séquelles de la colère des cieux. © Radio France

Ecoutez notre reportage sur place.