Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Intempéries : le niveau des nappes phréatiques remonte en Bourgogne

-
Par , France Bleu Bourgogne
Dijon, France

Des champs inondés, des rivières en crue, des averses nombreuses, nous sommes nombreux à trouver ce temps exécrable et déprimant. Pourtant, toute cette eau permet de remonter les niveaux des nappes phréatiques en Bourgogne. Elles en avaient grand besoin.

champs inondés
champs inondés © Maxppp - BRIDE EDOUARD

La situation n'était pas très brillante au niveau des nappes phréatiques. Elle commençait même à devenir inquiétante car généralement on compte sur l'automne pour refaire le plein, mais le mois d’octobre 2017 a été marqué par des conditions météorologiques qui ont privé la  France de précipitations significatives.

Quelle situation en Côte-d'Or ? 

Dans le département de la Côte-d'Or, la santé des nappes phréatiques est notamment suivie de très près par le BRGM, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières de Dijon où Clément Doney est hydrogéologue. Il confirme que les nappes phréatiques étaient vraiment au plus bas dans la région car, explique-t'-il  "on a connu une fin d'année 2017 avec une forte baisse des niveaux. On n'a pas connu la recharge qu'on observe habituellement en septembre / octobre, ce qui s'est traduit pas des niveaux très bas en novembre". Le mois d'octobre 2017 a en effet été le 5eme mois d'octobre le plus sec depuis 1959 en France. 

Les importantes pluies et les inondations vont elles permettre de revenir à des niveaux corrects ?   

On voit déjà dans les dernières mesures effectuées par le BRGM les effets des précipitations sur le niveau des nappes qui remonte. "Après, au niveau des inondations, les aquifères* ont une inertie un peu plus longue que le réseau hydrographique de surface, ce qui veut dire que la hausse du niveau de la nappe phréatique est moins importante que l'augmentation du débit des cours d'eau, mais pour autant, on note déjà une augmentation des niveaux dans ces aquifères !" explique l'hydrogéologue 

(* Un aquifère est une formation géologique ou une roche, suffisamment poreuse et perméable pour que l'eau puisse y circuler librement)  

La carte de France de la situation des nappes phréatiques
La carte de France de la situation des nappes phréatiques - BRGM

Combien faut-il de temps pour que toute cette eau parvienne aux nappes phréatiques ?  

La durée est en fait très variable selon les formations géologiques. Les aquifères dépendent donc de la géologie locale mais sur la Côte-d'Or, on est surtout sur des formations calcaires ou alluvionnaires, donc par des dépôts des cours d'eau, ce qui se traduit par une inertie assez rapide. Il y a environ un mois de décalage entre les précipitations et la montée du niveau de la nappe phréatique.    

Peut on dire aujourd'hui qu'il n'y aura aucun risque de sécheresse l'été prochain ? 

Pour les mêmes raisons, "on ne peut pas dire dès aujourd'hui qu'il n'y aura pas de risque de sécheresse" explique Clément Doney "car on est sur des aquifères très réactifs aux variations saisonnières, donc les pluies vont elles continuer dans les mois à venir, on n'en sait rien. Si les précipitations s'arrêtent au mois de janvier et qu'après on se retrouve pendant plusieurs mois sans pluie, les niveaux vont redescendre.   

Retrouvez l'interview de Clément Doney du BRGM de Dijon, ce vendredi 26 janvier à 6H43 et 8H12

Choix de la station

À venir dansDanssecondess