Climat – Environnement

José Bové : "Les Verts ont été très cohérents depuis le début" sur Notre-Dame-des-Landes

Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan lundi 24 février 2014 à 10:38 Mis à jour le lundi 24 février 2014 à 22:24

Les écologistes ont manifesté en nombre ce 22 février contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes
Les écologistes ont manifesté en nombre ce 22 février contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes © MaxPPP/Franck Dubray

Invités à lever toute ambiguïté sur leur position dans le dossier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les Verts se défendent ce lundi matin. Pour José Bové, invité de la rédaction de France Bleu Loire Océan, la position des écologistes a toujours été "très claire" : ils s'opposent à ce projet d'aéroport et dénoncent les violences qui ont éclaté lors de la manifestation de ce samedi à Nantes.

Une partie de la classe politique, et notamment Jean-François Copé, le patron de l'UMP, demande ce lundi le départ des deux ministres écologistes du gouvernement. Samedi, entre 20.000 et 50.000 personnes ont manifesté à Nantes contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et des violences ont éclaté au centre ville. Parmi les manifestants, des personnalités d'Europe Ecologie Les Verts (EELV), et notamment José Bové.

Dimanche, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé à EELV, qui est farouchement opposé à ce projet d'aéroport, de "sortir de cette ambiguïté ". Pour José Bové, interrogé ce lundi matin par la rédaction de France Bleu Loire Océan, la position des Verts, est "très claire depuis le début ". Les écologistes n'ont jamais fait mystère de leur opposition au projet, a rappelé le député européen.

Point de désaccord

"Il y a eu une discussion pour former un gouvernement en 2012, c'était un point de désaccord très clair, aucune ambiguïté ", a expliqué José Bové, avant de défendre la ministre de l'Egalité des territoires et du Logement, l'écologiste Cécile Duflot. Elle a dit samedi : "si je n'avais pas été ministre j'aurais été à la manifestation : c'est très clair ", a estimé le leader de la Confédération paysanne. "Et samedi soir : condamnation sans aucune ambiguïté des violences, des saccages dans la ville de Nantes par la Sécrétaire générale d'EELV. Donc pour nous, il n'y a aucun problème ."

Samedi, dans un entretien paru dans le journal Le Monde , Cécile Duflot a déclaré que si elle n'avait pas été ministre, elle serait allée manifester "plutôt deux fois qu'une ". Et tout le week-end, ses followers sur Twitter ont attendu sa condamnation des violences qui ont éclaté lors de la manifestation. La ministre l'a fait en retweetant la Secrétaire générale d'EELV, Emmanuelle Cosse.