Climat – Environnement

Journal d’un voyage dans la France des Terres australes : épisode 1, sous le ciel savoyard

Par Denis Souilla et Nathalie Grynszpan, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Pays de Savoie mercredi 2 septembre 2015 à 6:00

Journal d’un voyage dans la France des Terres australes : jour 1, sous le ciel savoyard

À l’occasion des 60 ans des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), Nathalie Grynszpan, journaliste à France Bleu Pays de Savoie, embarque le 3 septembre pour un mois sur le Marion-Dufresne. Le moment du départ c'est un saut vers un monde inconnu, hostile, marin, dans l'hémisphère sud.

Depuis maintenant deux mois, je me prépare à embarquer pour un voyage exceptionnel. L’administration des Terres australes et antartiques françaises (TAAF) a accepté mon projet de reportage pour me réserver une place sur la rotation de septembre du Marion-Dufresne, dite OP2/2015. Je vais produire un magazine pour Interception , l’émission de France Inter, sur le thème du changement climatique à quelques semaines de la Conférence internationale sur le climat (COP21) qui va se tenir à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015.

En juin, l’archipel des Kerguelen n’était qu’un point sur une carte. J’ai découvert l’histoire d’Yves-Joseph de Kerguelen de Trémarec, l’explorateur malheureux, plongé dans l’histoire des campagnes baleinières, dévoré les mémoires du capitaine Joseph Fuller, rêvé avec Raymond Rallier du Baty, disciple du Commandant Charcot, assisté incrédule et fascinée aux aventures de William Guy et ses compagnons dans l’enfer des régions antarctiques avec Jules Verne, arpenté avec Jean-Paul Kauffmann les vasières de Kerguelen.

La mer m’est étrangère, j’en découvre la langue : tirer des bords, mettre à la cape, vent de  suroît ou de noroît et je pressens que le mal de mer ne devrait pas m’épargner. Je ne connaissais les TAAF qu’au travers de mon goût pour les timbres, me voilà étudiant la conquête des pôles et des missions scientifiques qui vont aboutir en 1955 à la création de cette collectivité d’outre-mer sans population permanente dédiée à la recherche.

À mon tour donc de lever l’ancre en compagnie de ceux qui vont travailler sur les bases. La valise est bouclée, les polaires côtoient les sandales car je vais passer des chaleurs réunionnaises aux vents qui déferlent depuis le pôle. C’est la fin de l’hiver là-bas. « Je pars aux Kerguelen ! » : les amis sont enthousiastes, les enfants avides de tout savoir, je promets de raconter.

J’ai beau partir pour un projet professionnel, cette fois l’aventure s’invite et me murmure déjà une promesse : ce sera exceptionnel.

ET AUSSI

Le voyage au jour le jour sur une carte interactive 

Suivez Nathalie Grynszpan @nathgrynszpan sur Twitter 

Les Terres australes et antarctiques françaises 

 Émission Interception sur France Inter