Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Julien Moreau, l'aventurier qui se bat pour l'écologie

mardi 20 novembre 2018 à 21:00 Par Adrien Serrière, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Julien Moreau s'est lancé dans une aventure hors du commun : il tente de battre le record du monde du plus long triathlon. Après 4500 km à vélo, 375 km de nage, il est en train de boucler 1200 km à pied. Il a fait étape à Autun (Saône-et-Loire), où il a rencontré les élèves d'une école.

Julien Moreau prêt à affronter la neige avant de relier Autun à Saulieu à pied.
Julien Moreau prêt à affronter la neige avant de relier Autun à Saulieu à pied. © Radio France - Adrien Serrière

Autun, France

Il s'autoproclame l'éco-aventurier : Julien Moreau, 29 ans, est un sportif breton habitué à des performances hors du commun : ultra-marathon, nage en pleine mer sur longue distance. Cette fois, il s'est lancé dans un exploit de plusieurs mois, un tour de France, à vélo, à la nage et à pied, soit un triathlon géant. 

Parti de Paris début mai, il a parcouru 4500 km à vélo jusqu'à Marseille puis 375 km à la nage entre Marseille et Monaco et il est maintenant en train de rallier Paris à pied, soit 1200 km. Son arrivée est prévue le 29 novembre. Une balise GPS permet de suivre sa progression en temps réel

Reportage à Autun avec Julien Moreau.

Message écologique 

Au-delà de l'exploit sportif, qui n'entrera pas au livre Guiness des records car il a utilisé des palmes pendant son parcours à la nage, Julien Moreau souhaite sensibiliser à l'écologie, en particulier les enfants. C'est pourquoi, au gré de son parcours, il s'est arrêté dans 45 écoles pour rencontrer des élèves et leur transmettre son énergie, voire monter des projets avec eux. 

Ainsi, il a porté une idée de CM1-CM2 finistériens jusqu'à l'Assemblée nationale : « On a réussi à faire interdire les bouteilles d'eau plate en plastique dans les cantines scolaires au 1er janvier 2020 », explique Julien Moreau. Il aimerait désormais rendre obligatoire le tri sélectif dans les établissements scolaires. 

Julien Moreau écrit sur le tableau de la classe cette phrase de Gandhi : «Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde». - Radio France
Julien Moreau écrit sur le tableau de la classe cette phrase de Gandhi : «Soyons le changement que nous voulons voir dans le monde». © Radio France - Adrien Serrière

Une nouvelle aventure chaque jour

A quelques jours d'achever son triathlon géant, Julien Moreau traverse actuellement la Bourgogne. Il en a profité pour rencontrer les élèves de l'école primaire du Saint Sacrement à Autun, répondant ainsi à l'appel d'Adeline, enseignante et fan du sportif. 

« Je le suis depuis deux ans sur les réseaux sociaux», explique Adeline qui trouve intéressant que Julien puisse expliquer aux enfants ce qu'ils peuvent faire « chez eux et à  leur échelle »

L'enseignante a également hébergé le sportif le temps d'une nuit car celui-ci essaie de loger chaque nuit chez un membre de sa cyber-communauté ou chez un élu local pour le convaincre de prendre des mesures en faveur de l'écologie. Ainsi Julien Moreau a pu dormir «chez une famille yéménite qui ne peut pas rentrer dans son pays car elle est menacée de mort, chez une famille chrétienne très pratiquante, chez des familles monoparentales, chez des millionnaires dans des yachts à Monaco... J'ai vu la France et les français, j'ai rencontré beaucoup de personnes qui sont prêtes à m'aider à créer des écoles écologiques sur le terrain et à travers la législation.»