Climat – Environnement

A Jumièges, une partie du lac pourrait être remblayée à partir de 2020

Par Lucas Valdenaire, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) samedi 1 juillet 2017 à 19:04

Plus de 30 hectares pourraient être remblayés, soit le tiers de la surface du lac (95 ha)
Plus de 30 hectares pourraient être remblayés, soit le tiers de la surface du lac (95 ha) - GoogleMaps

C'est un énorme projet. Dans les années à venir, les travaux du Grand Paris Express et de ses nouvelles lignes de métro dégageront des tonnes de matériaux. Une opportunité pour la société des carrières Stref à Jumièges qui espère les récupérer pour remblayer une grande partie du lac, dès 2020.

Le lac de Jumièges bientôt métamorphosé ? La société des carrières Stref et Compagnie l'exploite depuis plus de 40 ans et envisage sérieusement la reconversion d'une partie du site. Son objectif est de remblayer près du tiers du lac avec d'énormes quantités de matériaux de chantiers du Grand Paris.

3,5 millions de tonnes de matériaux

Pour l'instant, aucune autorisation n'a été donnée mais le projet est bel et bien lancé : les études préalables sur la faune et la flore ont démarré.

Le projet du Grand Paris Express prévoit la construction de plus de 200 kilomètres de lignes de métro. A la suite des travaux, il y aura des tonnes de gravats à évacuer. Le projet du carrier Stref est donc de passer un contrat pour récupérer ces déchets inertes (qui ne s'altèrent pas avec le temps et l'environnement) : essentiellement de la craie et de l'argile.

Tous ces déchets non polluants seront ensuite amenés par bateau sur la Seine avant d'être acheminés jusqu'au lac, grâce à un énorme tapis transporteur. Pour franchir le kilomètre qui sépare le fleuve du lac, des engins électriques seront utilisés. A terme, il s'agit de remblayer près d'un tiers de la surface du lac (soit plus de 30 hectares) avec 3,5 millions de tonnes de matériaux. La base de loisir ne sera pas concernée.

Les zones qui pourraient être remblayées sont délimitées par les pointillés (vert et rouge).  - Aucun(e)
Les zones qui pourraient être remblayées sont délimitées par les pointillés (vert et rouge). - Bernard Vatbois, directeur de la société Stref

Inquiétudes chez les riverains

A peine lancé, le projet suscite l'inquiétude chez les riverains : il pourrait provoquer trop de bruit et polluer l'environnement du lac. A ce sujet, Bernard Vatbois, le directeur général de la société Stref se veut rassurant : "d'abord, nous allons décharger les matériaux avec des moyens électriques. Et le tapis transporteur roulant sera moins bruyant que des camions sur route."

Concernant le risque de pollution : il y aura un travail, en amont, fait par notre fournisseur, pour vérifier la qualité des produits.

"Nous allons réaménager des zones humides pour limiter l'impact sur le paysage" - Bernard Vatbois, directeur de Streff

Nous allons également réaménager le site et restaurer des zones humides (des marais), pour tout doucement limiter l'impact sur le paysage.

Une enquête publique à la fin 2018 ?

Pour le moment, le projet n'est pas confirmé par les autorités. Il faut attendre la fin de toutes les études préalables (bruit, environnement, faune et flore) et surtout la confirmation de la préfecture pour engager une possible enquête publique avant la fin 2018.

Si le dossier est validé, les premiers matériaux de la région parisienne pourraient arriver en 2020. Les travaux pourraient prendre être 15 et 20 ans.