Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

VIDÉO - Plusieurs tonnes de Jussies arrachées dans les marais de Petite Camargue

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Elles font le bonheur des photographes en Petite Camargue. Les fleurs jaunes de la Jussie qui apparaissent à la surface de l'eau sont en fait des plantes extrêmement invasives qui colonisent le milieu naturel et l'asphyxient. Le seul moyen de s'en débarrasser : les arracher à la main.

Les racines des Jussies peuvent atteindre plus d'un mètre de long
Les racines des Jussies peuvent atteindre plus d'un mètre de long © Radio France - Sylvie Duchesne

Vauvert, France

Thibaut Pascal et Yannick Bouterin sont les deux agents environnementaux de la Communauté de communes de Petite Camargue. Depuis début août, ils sont à pied d'œuvre dans le port de plaisance de Gallician à Vauvert (Gard) pour arracher à la main les Jussies qui envahissent les roubines. Un travail long et fastidieux puisqu'il faut extirper les unes après les autres les racines de cette plante aquatique originaire d'Amérique du Sud qui colonise petit à petit les cours d'eau depuis des années. "La Jussie, c'est une plante qui étouffe le milieu explique Yannick Bouterin. Elle a des racines qui vont jusqu'au sol. Elles peuvent atteindre plus d'un mètre." 

Yannick Bouterin, l'un des deux agents environnementaux de la CC Petite Camargue

Une multiplication exponentielle

Si on ne fait rien, la Jussie prolifère extrêmement rapidement. Une petite bouture peut coloniser plusieurs hectares en deux ou trois ans. C'est l'été qu'il est le plus facile de l'arracher car les fleurs sont très visibles et les racines viennent bien. On la trouve plus facilement dans les eaux stagnantes que là où il y a du courant. 

L' arrachage est le seul moyen de se débarrasser des Jussies

Plusieurs centaines de kilos arrachés 

Avec le temps, la Jussie crée un matelas impénétrable qui entrave la circulation de l'eau et empêche son oxygénation. Le milieu se ferme donc petit à petit et les poissons meurent. Les agents environnementaux interviennent donc régulièrement pour l'arracher. " Il y a 4/5 ans, on a fait un gros "à sec" dans le marais. On est arrivé à l'éliminer complètement." 

" Quand il n'y a plus d'eau, les Jussies meurent"

Le "terrain de jeu" des agents de la Communauté de communes Petite camargue est vaste : du Pont des Tourradons à Vauvert jusqu'au Pont de Franquevaux. L'arrachage de la Jussie qui a démarré début août va se poursuivre jusqu’à la fin du mois. 

Les Jussies colonisent rapidement les eaux stagnantes - Radio France
Les Jussies colonisent rapidement les eaux stagnantes © Radio France - Sylvie Duchesne
Des fleurs inoffensives à première vue - Radio France
Des fleurs inoffensives à première vue © Radio France - Sylvie Duchesne
Les agents de la CCPetiteCamargue interviennent dans le port de Gallician - Radio France
Les agents de la CCPetiteCamargue interviennent dans le port de Gallician © Radio France - Sylvie Duchesne
Une fois arrachées, les Jussies sont stockées sur la berge pour sécher - Radio France
Une fois arrachées, les Jussies sont stockées sur la berge pour sécher © Radio France - Sylvie Duchesne