Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

L'écotaxe poids lourds reportée "sine die" par Ségolène Royal

- Mis à jour le -
Par France Bleu

C'en est désormais (presque) fini pour le péage de transit poids lourds, aussi appelée "écotaxe". La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal a annoncé la suspension "sine die" du dispositif. Les représentants des transporteurs, qui ont rencontré la ministre ce jeudi, estiment avoir accompli "un pas décisif".

Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et de l'Energie
Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie et de l'Energie © Maxppp

"Nous avons décidé (...) de suspendre sine die le dispositif d'écotaxe " : voilà l'annonce faite ce jeudi par la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, au terme d'une réunion avec le secrétaire d'Etat aux transports Alain Vidalies et les fédérations de transporteurs routiers. Après avoir été suspendue une première fois par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault l'an dernier, lécotaxe, renommée "péage de transit poids lourds", pourrait donc ne jamais être appliquée , finalement.

Ségolène Royal a annoncé les décisions "deuxièmement de créer un groupe de travail et troisièmement, d'intensifier la recherche de solutions sur la situation économique et sociale globale du secteur ", a-t-elle annoncé à l'issue de la réunion. Les fédérations de transporteurs, qui prenaient également part à cette réunion, ont fait part de leur satisfaction : 

"On peut dire qu'on a gagné, puisqu'on a enfin en face de nous deux ministres qui ont pris la mesure du sujet, et que donc il fallait en sortir et trouver une solution" — Aline Mesples, présidente de l'OTRE, fédération de transporteurs

Des "anomalies " dans le contrat Ecomouv

L'obstacle qui se pose à la fin définitive de l'écotaxe, c'est le contrat qui lie l'Etat à Ecomouv, l'entreprise qui devait prendre en charge le dispositif. Alors que le coût de cette rupture est de l'ordre d'un milliard d'euros , Ségolène Royal a affirmé vouloir "remettre à plat " ce contrat qui, selon elle, comporte "beaucoup d'anomalies " : "Entre le manque à gagner d'un contrat que de toute façon on va remettre à plat et le coût financier, économique, social, d'une grève ou d'un blocage d'infrastructures importantes pour le pays, le choix est vite fait ", a-t-elle expliqué. 

A LIRE AUSSI > L'interview de Noël Mamère sur France Bleu Gironde : "Le gouvernement a capitulé devant les lobbys "

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'Europe Ecologie – Les Verts (EELV), s'est dite "tout simplement scandalisée " par cette annonce. Pour le gouvernement, il s'agit désormais de trouver comment combler les quelque 400 millions d'euros de manque à gagner . Les sociétés de péage pourraient bien être appelées à mettre la main à la pâte. 

A LIRE AUSSI > Les élus EELV d'Île-de-France crient au scandale

L'écotaxe "light" suspendue - Aucun(e)
L'écotaxe "light" suspendue

 

Choix de la station

France Bleu