Climat – Environnement

L'empreinte écologique des Franciliens s'allège

France Bleu Paris lundi 26 octobre 2015 à 6:00

Autolib a contribué a alléger l'empreinte écologique des Franciliens
Autolib a contribué a alléger l'empreinte écologique des Franciliens © Radio France - Martine Breson

Le bilan écologique des Franciliens est en progrès. Depuis 10 ans, l'empreinte écologique, c'est-à-dire la pression exercée par les hommes sur les ressources naturelles, est en baisse en Ile-de-France. Une amélioration due principalement à l'utilisation des transports en commun.

Les Franciliens sont plus vertueux qu'avant en matière d'écologie. En dix ans, l'empreinte écologique d'un habitant de la région Ile-de-France, la plus peuplée et la plus riche de France, a baissé de 13,8%. En 2014, chaque Francilien a utilisé en moyenne 4,81 hectares pour se nourrir, boire, se chauffer et se déplacer selon une étude de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France (IAU-IDF).

Aucun(e)
- IAU IdF 2015

Moins de déplacements en voiture

Cette amélioration est en grande partie due aux progrès en matière de mobilité durable. Les Franciliens utilisent moins leur voiture à cause des embouteillages et des problèmes de stationnement mais aussi grâce au développement des transports en commun et à l'essor des systèmes de mobilité partagée comme Velib et Autolib.

Des logements plus petits mais qui consomment plus

Les Franciliens ont des appartements et maisons plus petits que la moyenne nationale. L'empreinte écologique du logement en Ile-de-France est donc inférieure. Mais ces habitations sont plus énergivores que ce soit en consommation d'électricité ou de bois de chauffage pour les habitants de la grande couronne. 

Des progrès à faire

Au niveau global, l'empreinte écologique des Franciliens reste supérieur à celle du reste de la France à cause notamment de l'alimentation et de la consommation de biens et services. Les habitants de la région Ile-de-France voyagent plus que la moyenne nationale, consomment plus de biens culturels et plus de produits exotiques. La région Ile-de-France est aussi celle où l'on mange le plus de plats préparés, des produits à forte empreinte écologique.