Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : Affaire du crassier d'ArcelorMittal Florange

L'enquête interne d'ArcelorMittal à Florange révèle "qu'aucun déversement d'acide pur n'a été effectué"

mardi 25 juillet 2017 à 20:02 Par Jordan Muzyczka et Vianney Smiarowski, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

ArcelorMittal contre-attaque après les révélations d'un chauffeur sous-traitant. Il avait accusé le groupe sidérurgiste de rejeter des éléments toxiques dans la nature. Selon l'enquête interne menée par l'entreprise, il n'y a "aucun déversement d’acide pur".

L'usine Arcelor-Mittal de Florange © Maxppp - PQR/LE PARISIEN
L'usine Arcelor-Mittal de Florange © Maxppp - PQR/LE PARISIEN © Maxppp - PQR/ LE PARISIEN

Florange, France

La vidéo diffusée par France Bleu Lorraine a été visionnée plus de cinq millions de fois depuis le 3 juillet sur Internet. On y découvre un chauffeur, un sous-traitant du groupe ArcelorMittal, expliquer déverser des substances chimiques, comme de l'acide, dans la nature.

Prenant au sérieux ces accusations, la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) a lancé une enquête, tout comme le géant mondial de la sidérurgie.

L'enquête interne du groupe, rendue publique (voir ci-dessous) indique:

Aucun déversement d'acide pur n'a été effectué sur le crassier de Marspich, ni dans le centre de stockage de résidus, ni dans la nature".

Concernant la vidéo, ArcelorMittal ajoute que ce que l'on aperçoit est "un mélange de boues d'hydroxyde de fer qui contient du chlorure, légèrement acide par nature, des boues non dangereuses. Le dépôt de ce résidu sur cette zone de stockage est parfaitement autorisé par la Dreal. "

La couleur jaunâtre qui avait interpellé les internautes serait " liée à la nature même du produit et à sa teneur en fer et en chlorure".

Saisi de l'affaire, le parquet de Thionville indique qu'il n'a toujours pas reçu ces résultats et qu'il ne fera aucun commentaire tant qu'il ne les aura pas.
De son côté, le lanceur d'alerte, un intérimaire d'un sous traitant d'ArcelorMittal maintient ses accusations de déversement d'acide. Le groupe confirme sa plainte contre X et dit travailler étroitement avec la police et la justice.

Capture d'écran de la première partie du communiqué de presse sur la réaction du groupe ArcelorMittal.  - Aucun(e)
Capture d'écran de la première partie du communiqué de presse sur la réaction du groupe ArcelorMittal.
La seconde capture d'écran du communiqué d'ArcelorMittal concernant  les accusations de rejet de substances chimiques.  - Aucun(e)
La seconde capture d'écran du communiqué d'ArcelorMittal concernant les accusations de rejet de substances chimiques.