Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

L’ envasement de la Rance: la solution existe mais l’argent manque

vendredi 10 août 2018 à 6:45 Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique

Depuis des dizaines d’années, la Rance s’envase. Le phénomène s’est accentué avec l’activité de l’usine marémotrice, installée à l’ embouchure, entre Dinard et Saint-Malo. La solution existe pour piéger ces boues grises mais manque une partie des finances.

L'envasement de la Rance, visible en aval de l'écluse du Châtelier
L'envasement de la Rance, visible en aval de l'écluse du Châtelier © Radio France - Brigitte Hug

Dinan, France

L’envasement de la rivière bretonne est visible, plus on va vers l’amont. Juste avant l’écluse du Châtelier, entre Saint-Samson-sur-Rance et la Vicomté-sur-Rance, le cours d’eau est rétréci, bordé d’énormes masses de boues grises. Les bateaux ont de plus en plus de difficultés à remonter jusque Dinan. Il n’est pas rare de voir un voilier échoué. "La plupart des plages ont disparu le long de la Rance et certaines communes en sont réduites à reconstituer artificiellement des bouts de plage.", souligne Didier Giffrain, adjoint au maire de Plouër-sur-Rance.

Le cours d'eau a rétréci rendant difficile la navigation - Radio France
Le cours d'eau a rétréci rendant difficile la navigation © Radio France - Brigitte Hug

Cette vase défraie la chronique. Elle mobilise les associations de défense de l’environnement et les élus des communes riveraines, depuis des années. Ils considèrent qu’ elle porte préjudice à la pêche, la navigation et l’attractivité touristique de l’estuaire. Un rapport interministériel, publié, il y a  un an, confirme la réalité de l’envasement: 50 000 m3 de sédiments se déposent chaque année dans la rivière. Il confirme aussi l’impact de l’activité de l’usine marémotrice. EDF refuse, de son côté, d’endosser toute la responsabilité de l’envasement, phénomène en partie naturelle, selon l'entreprise. 

Des anciens cabanons sur pilotis qui ne servent plus aux pêcheurs - Radio France
Des anciens cabanons sur pilotis qui ne servent plus aux pêcheurs © Radio France - Brigitte Hug

Le trou créé, c'est pour piéger les sédiments à un endroit, éviter qu'ils se dispersent partout

Un plan de gestion des sédiments a été élaboré et validé par le ministère de l'Environnement précédent. Une troisième opération de curage se fera à l’automne, au Lyvet, devant l’écluse du Châtelier. Pour l’association Cœur Émeraude, c’est la solution. Coeur comme comité opérationnel des élus et usagers de la Rance. Les boues sont prélevées dans cette zone, puis décantées sur terre avant d’être valorisées sur des parcelles agricoles. "Avant la fin du dragage, les sédiments commenceront à reboucher le trou créé. C'est complétement volontaire, pour piéger les sédiments à un endroit, éviter qu'ils soient dans le chenal à gêner la navigation, qu'ils soient en train de se disperser partout pour modifier le paysage.", explique Dominique Melec, responsable développement durable de l'association

Dominique Melec et Didier Giffrain de Coeur Emeraude - Radio France
Dominique Melec et Didier Giffrain de Coeur Emeraude © Radio France - Brigitte Hug

Mais le financement reste incomplet. Selon Coeur Emeraude, EDF aurait revu à la baisse sa participation. Ainsi, le budget réduit ne permettra pas d'extraire le volume de boues prévu. "Là, on va enlever 65 000 m3. le dernier curage remonte à l'hiver 2014-2015. En 4 ans, ce sont 200 000 m3 de sédiments qui ont de nouveau été apportés dans la Rance.", fait remarquer Didier Giffrain, vice-président de l'association. Coeur Emeraude souhaiterait un plan de gestion pérenne sur les 25 prochaines années.