Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

"L'été 2017 se situe entre la deuxième et la troisième place des étés les plus chauds en Isère"

mercredi 30 août 2017 à 8:46 Par Lionel Cariou, France Bleu Isère

Il a compilé les dernières données météorologiques et consulté les archives : pour Serge Taboulot, le directeur du centre Météo France de Saint-Martin-d'Hères, les températures observées cet été en Isère atteigent un niveau record. 2017 est sur le podium des étés les plus chauds.

Illustration
Illustration © Maxppp - Lionel VADAM

Isère, France

Derrière 2003 mais devant 2015 : on s'en doutait un peu, l'été que nous venons de vivre est l'un des plus chauds jamais observés en Isère. Serge Taboulot, le directeur de Météo France Saint-Martin-d'Hères l'a confirmé ce matin à 7h20 dans le Coup de fil de l'actu sur France Bleu Isère.

Notre été se situe entre la 2ème et la 3ème place des étés les plus chauds jamais observés en Isère. Le record toutes catégories est loin d'être battu, c'est l'été 2003, tout le monde s'en souvient. Mais derrière, si on prend les températures maximales, on est à égalité avec l'été 1994, mais on est assez loin devant l'été 2015 où déjà les conséquences sur la nature avaient été très importantes.

Serge Taboulot dans le Coup de fil de l'actu ce matin sur France Bleu Isère

En plaine, ce que l'on a vu c'est une tendance très nette à la sécheresse. On a échappé au pire grâce à des gros arrosages d'orages assez réguliers, tous les 10-15 jours, avec rafraîchissement... et tant mieux parce que sinon la nature aurait souffert de manière dramatique. Par contre ceux qui souffrent ce sont les glaciers de haute-montagne avec ces températures qui sont largement au-dessus de plus de 2 à 3 degrés au-dessus des valeurs normales des 30 dernières années et qui ont des conséquences dramatiques sur des glaciers qui ont franchement tendance à disparaître.