Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

L'Europe bannit trois insecticides tueurs d'abeilles : la députée deux-sévrienne Delphine Batho se réjouit

vendredi 27 avril 2018 à 17:24 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

Elle fait partie des élus qui sont montés au créneau pour demander l'interdiction des néonicotinoïdes en France, Delphine Batho, députée des Deux-sèvres, se réjouit ce soir de la décision de Bruxelles de bannir trois insecticides systémiques ayant des effets nocifs sur les abeilles.

illustration
illustration © Maxppp - maxppp

Melle, France

Elle est ravie Delphine Batho ! La députée des Deux-sèvres, ancienne ministre de l'écologie de François Hollande, salue la décision de l'Europe d'interdire définitivement trois produits tueurs d'abeilles.  Des  insecticides de type néonicotinoïdes puissants : le clothianidine,  l’imidaclopride et  le thiaméthoxame.  Cette décision  intervient deux ans après le vote de la loi française interdisant ces insecticides systémiques. Pour Delphine batho, la France a montré l'exemple dans ce dossier. Et cette mesure européenne va "éviter des distorsions de concurrence entre agriculteurs français et européens". Cela fait plusieurs années en effet que les apiculteurs constatent une hécatombe anormale des colonies d’abeilles. Il y avait donc "une urgence absolue à supprimer les pesticides qui tuent les insectes pollinisateurs et les oiseaux"

Toutefois, la portée de cette première victoire est encore partielle, selon la députée socialiste, puisque toutes les substances néonicotinoïdes ne sont pas encore interdites et que l’Europe avait autorisé dernièrement le sulfoxaflor et le flupyradifurone. L’autorisation de mise sur le marché du sulfoxaflor en France a été annulée par la justice. Un amendement visant à étendre cette interdiction sera débattue le 22 mai à l'Assemblée.