Climat – Environnement

L'extraction de sable en baie de Lannion ne reprendra pas de suite

Par Anne Treguer, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mardi 8 novembre 2016 à 12:34

Plusieurs manifestations ont rassemblé des milliers de personnes contre le projet
Plusieurs manifestations ont rassemblé des milliers de personnes contre le projet © Maxppp -

Les préfets des Côtes d'Armor et du Finistère ont réuni ce mardi à Lannion (Côtes d'Armor) la commission de suivi, d'information et de concertation relative à la concession de sable coquiller. L'Etat a décidé de ne pas donner de nouvel arrêté d'exploitation.

La CAN, la Compagnie armoricaine de navigation n'est pas prête de reprendre son activité d'extraction de sable en baie de Lannion. En septembre, elle avait dû suspendre ses opérations après la levée de bouclier des opposants au projet.

15.000 personnes contre le projet

La CAN avait lancé une extraction de nuit et aussitôt le collectif des associations avait organisé des actions de protestation. Une manifestation avait notamment rassemblé plus de 15.000 personnes dans les rues de Lannion. La ministre de l’Écologie, du développement durable et de l'environnement, Ségolène Royal s'en était également mêlée et avait apporté son soutien aux opposants.

Pas de nouvelle exploitation "par souci d'apaisement", selon l'Etat

Compte-tenu du climat de tension, les préfets des Côtes d'Armor et du Finistère ont décidé "de ne pas prendre de nouvel arrêté d'extraction par souci d'apaisement" tant que le recours déposé devant le Conseil d’État n'aura pas été jugé.

Communiqué de presse de l'Etat - Aucun(e)
Communiqué de presse de l'Etat

Pour les opposants, c'est une demi-victoire !

Pour Joël Le Jeune, le maire de Lannion, "l'Etat a choisi la voie de la sagesse et ce n'est que dans un climat d'apaisement que le fond du dossier pourrait être examiné. Tous les habitants et les acteurs économiques rejettent ce projet". Sur le fond, le Conseil d'Etat examine le dossier ce mercredi mais ne rendra pas sa décision avant un mois. De nouvelles études ont aussi été demandées à l'exploitant.

Pour Yves-Marie Le Lay, de l'association Peuple des dunes : "les Trégorois ont été entendus et avec cette décision, nous avons gagné une bataille mais pas la guerre !"