Climat – Environnement

L'impatience des propriétaires du Signal à Soulac

Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde mardi 29 septembre 2015 à 7:00

© Max PPP - Laurent Theillet

En ce jour de grandes marées, les propriétaires expropriés du Signal voient les vagues se rapprocher de l'immeuble emblématique de Soulac. En revanche, ils ne savent toujours pas s'ils seront indemnisés un jour à hauteur de leurs investissements. La justice examine toujours le dossier.

L'océan va monter très haut puis descendre très bas ce mardi. Des coefficients de marée de 117 sont attendus sur le littoral atlantique. Mais cette fois-ci, il n'y a pas de risque de submersion car la houle ne devrait pas dépasser 50 centimètres.

Depuis quelques mois, nos plages se sont bien ré-engraissées. Une couche de sable d'environ 3 à 4 mètres de hauteur s'est accumulée au pieds des dunes. C'est un phénomène naturel qui fait les affaires des communes du littoral menacées par l'érosion mais qui ne change en rien le sort des propriétaires du Signal.

En février 2014, face au danger d'écroulement de l'immeuble les 80 propriétaires avaient du vider les lieux. L'État les avait expropriés et proposé une indemnisation globale d'un peu plus d'un million d'euros. Pas suffisant selon ces propriétaires. Certains s'étaient mis en grève de la faim quelques jours en avril dernier. Depuis le dossier n'a toujours pas avancé. 

Le dossier est toujours au point mort. Je dirais même qu'il est bloqué. On attend que la cour d'appel de tribunal administratif veuille bien l'examiner.

— José Guichet, porte-parole du syndicat des copropriétaires du Signal

Le tribunal administratif de Bordeaux a estimé que les propriétaires du Signal ne pouvaient pas bénéficier du plan d'indemnisation prévu par la loi Barnier de 1995 sur la prévention des risques naturels majeurs. Déboutés par cette décision de justice ils ont fait appel et attendent d'être de nouveau entendu.