Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

L'industriel mayennais, EuroPlastiques, et des chercheurs bretons font produire du plastique à des bactéries marines

jeudi 4 octobre 2018 à 6:02 Par Germain Treille, France Bleu Breizh Izel et France Bleu Mayenne

C'est un sacré pari pour tenter de résoudre un fléau planétaire. Le plastique, qu'on utilise à outrance, à la maison, au travail, partout, est peu recyclé et pollue. L'idée de l'entreprise mayennaise EuroPlastiques, et de chercheurs bretons, est de créer le plastique du futur, biodégradable.

illustration plastique fabriqué par des bactéries marines
illustration plastique fabriqué par des bactéries marines © Radio France

Changé, France

L'entreprise mayennaise, EuroPlastiques, fabricant d'emballages à Changé, et l'université Bretagne Sud, à Lorient, réfléchissent donc au plastique du futur. L'industriel et les scientifiques travaillent ensemble pour faire produire du plastique à des bactéries marines. Le pari de l'innovation, le pari d'une planète plus propre. Nous en sommes à la phase de tests et ça fonctionne. Cela dit, ça prendra encore quelques années avant de voir des emballages fabriqués de cette manière. Un projet incroyable.

Alors comment un bactérie parvient à produire du plastique ? 

Rien de bien compliqué nous explique Stéphane Bruzaud, chercheur à l'université Bretagne Sud : "c'est tout simplement un processus assez simple de fermentation biologique. Lorsqu'on va mettre les bactéries en présence de matière carbonée, comme des sucres, des acides gras, des huiles, les bactéries ont la capacité de transformer cette matière carbonée en plastique de manière analogue à ce qui se fait pour la production d'alcools. Ce plastique-là a une biodégradabilité spectaculaire. Ce n'est pas fabriqué à partir de ressources pétrochimiques, c'est un aspect important"

La matière plastique fabriquée par les bactéries marines - Radio France
La matière plastique fabriquée par les bactéries marines © Radio France

Des bactéries qui se nourrissent de nos déchets

Il s'agit d'un vrai projet "vert" car ces bactéries ont un autre avantage : elles se nourrissent de nos déchets. L'entreprise EuroPlastiques fait partie de l'aventure pour la transformation de ce plastique du fond des mers en objets de la vie courante. Eloïse Loriot est la responsable de la communication de l'industriel mayennais : "ce plastique sera biodégradable et on espère bénéficier d'un pilote industriel complet d'ici deux ans afin d'en produire à une échelle plus importante qu'aujourd'hui. Depuis presque 10 ans, on se passionne pour ce projet de recherche. Avec un consortium qui réunit des scientifiques et des industriels, nous en sommes à la phase de pré-industrialisation. En tant que transformateur, on souhaite aller au bout, c'est notre objectif. On travaille beaucoup sur la notion d'éco-conception pour pouvoir utiliser moins de matières premières. 

On s'inscrit dans cette démarche-là de production responsable et exemplaire. On investit beaucoup, du temps, de l'argent et de l'énergie et par conviction" - Eloïse Loriot, responsable de la communication chez EuroPlastiques

Agroalimentaire, médecine, agriculture, les déclinaisons sont nombreuses. Pour l'instant, le seul frein est économique : trouver la bonne architecture financière pour fabriquer cette matière bio à un tarif permettant de concurrencer le plastique d'aujourd'hui.

Voici la liste des partenaires qui participent au projet BLUECOPHA : Europlastiques, Triballat, Séché Environnement et Elixance et deux laboratoires de recherche bretons, LIMATB à l’université de Bretagne Sud et CIP à l’ENSCR accompagnés par Breizpack, le réseau des industriels de l’emballage de l’Ouest et CBB Capbiotek, le centre de transfert spécialisé en biotechnologies.