Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

L'usine de méthanisation de Honguemare-Guénouville provisoirement fermée

jeudi 30 novembre 2017 à 3:46 Par Hélène Fromenty, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le préfet demande la fermeture provisoire du site de méthanisation de Honguemare-Guénouville (Eure). Un soulagement pour les riverains : depuis deux ans, ils constatent des irrégularités et se plaignent de nuisances. Le propriétaire de l'usine, lui, affirme que tout est aux normes.

Michel Dezellus a installé le méthaniseur dans sa ferme en 2015.
Michel Dezellus a installé le méthaniseur dans sa ferme en 2015. © Radio France - Hélène Fromenty

Honguemare-Guenouville, France

L'usine de méthanisation de Honguemare-Guénouville, près de Bourg-Achard (Eure), va devoir fermer provisoirement. Un arrêté préfectoral en ce sens doit être publié ces jours-ci.

La méthanisation, c'est ce procédé qui consiste à transformer les excréments des vaches en énergie. Une technique de valorisation des déchets a priori bonne pour la planète. Mais depuis l'entrée en service du site de Honguemare-Guénouville, il y a deux ans, les riverains se plaignent de nuisances : odeurs nauséabondes, rejets d'eaux usées, de gaz...

Déjà deux avertissements

Le méthaniseur se trouve dans la ferme de Michel Dezellus, un exploitant qui élève aussi 200 vaches laitières. L'installation est conséquente : deux cuves immenses, d'énormes tuyaux, et en bout de course un gros moteur qui produit de l'électricité. Le tout ne sent pas la rose - "10 mètres cube de lisier alimente le système chaque jour" - mais "aux normes" affirme le propriétaire des lieux.

L'unité de méthanisation se trouve au coeur de la ferme de Michel Dezellus. - Radio France
L'unité de méthanisation se trouve au coeur de la ferme de Michel Dezellus. © Radio France - Hélène Fromenty

Par le passé, Michel Dezellus avait déjà reçu deux avertissements de la préfecture, avertissements qu'il affirme avoir respectés. "Je suis abasourdi, dit-il. L'installation est règlementaire, légale. J'ai eu des mises en demeure au cours de l'année 2017, mais je m'y suis plié. Donc je suis d'autant plus surpris par cette annonce."

Notre vie est devenue un enfer

L'usine de méthanisation se trouve à plus de 50 mètres des premières habitations, comme la loi l'exige. Mais les nuisances sont bien réelles d'après les riverains. Il y a quelques années, Guillaume Trufley et sa famille ont fait construire une maison, à 250 mètres de la ferme. Depuis la construction du méthanisaeur, ils vivent un calvaire.

"Nous avons des odeurs quotidiennes, matin, midi et soir, explique-t-il. Beaucoup de moments en famille ont été gâchés à cause de ça. On ne pouvait plus étendre notre ligne, ou inviter amis pour un barbecue. Tous les jours mes enfants s'en plaignent, il y a même eu des cas de vomissements. Notre vie est devenue un enfer."

La famille de Guillaume Trufley habite à 250 mètres de l'usine.  - Radio France
La famille de Guillaume Trufley habite à 250 mètres de l'usine. © Radio France - Hélène Fromenty

Vers une fermeture définitive ?

Avec une centaine de voisins, Guillaume Trufley a monté une association pour défendre leurs intérêts. Certains ont déposé plainte, tous ont alerté le préfet à plusieurs reprises et une pétition contre le méthaniseur a été mise en ligne. Alors cette fermeture provisoire, c'est un soulagement. "On peut enfin respirer, être libres. On peut profiter du jardin, être dehors avec les enfants. On peut vivre, tout simplement."

Les riverains aimeraient voir l'usine définitivement fermée. Dès l'installation du méthaniseur, ils avaient d'ailleurs lancé une procédure auprès du tribunal administratif, pour contester le permis de construire. Déboutés deux fois, ils ont fait appel. La justice doit rendre sa décision dans les tous prochains jours.

Si le méthaniseur s'arrête, ce sera pire !

De son côté, Michel Dezellus, se dit prêt à réaliser les travaux demandés pour continuer son activité. Mais il s'oppose à la fermeture. Ce serait même "pire pour le voisinage, dit-il. Si l'usine s'arrête, le gaz ne sera certes plus utilisé, mais il sera toujours produit. Donc il y aura encore plus d'odeurs, si on arrête l'installation."

Sans compter le manque à gagner pour l'exploitant. Il a investi 2 millions d'euros pour ce méthaniseur. A l'heure actuelle, seuls 10% ont été amortis.