Climat – Environnement

A Arzon, Annick a declaré la guerre aux megôts

Par François Rivaud, France Bleu Armorique et France Bleu mardi 20 octobre 2015 à 17:30

Annick Picault a débuté sa récolte de mégots au mois de juin.
Annick Picault a débuté sa récolte de mégots au mois de juin. - François Rivaud

A Arzon, dans la Presqu'Ile de Rhuys, dans le Morbihan, Annick Picault a décidé de partir à la chasse aux mégots. Les mégots qui jonchent les trottoirs, les places, les chemins. Annick Picault en a récolté des milliers.

Annick Picault a décidé de ramasser les mégots dans sa commune d'Arzon pendant un an. Elle a commencé au mois de juin. Son action porte déjà ses fruits : la mairie décidé d'installer des pots qui serviront de cendriers. Des cendriers publics que l'on retrouvera notamment pendant le salon du bateau d'occasion "Mille Sabords" au Crouesty... Des milliers de visiteurs, donc des dizaines de milliers de mégots jetés par terre en perspective !

Annick Picault a ramassé des milliers de mégots en moins de 5 mois - Aucun(e)
Annick Picault a ramassé des milliers de mégots en moins de 5 mois - François Rivaud

Annick Picault a été contactée par des entreprises : une société de collecte de déchets, basée à Brest, qui est venue chez elle prendre ses bouteilles en plastique, remplies à ras bord de mégots. L'ancienne institutrice a également été contactée par une société du Sud de la France. Celle ci fabrique des boitiers en carton. Une partie du boitier est un étui à cigarettes, l'autre partie sert de cendrier.

Des cendriers de rue peut être pas assez visibles, estime Annick Picault. - Aucun(e)
Des cendriers de rue peut être pas assez visibles, estime Annick Picault. - François Rivaud

Annick Picault regrette d'ailleurs que les cendriers actuels disposés sur le port du Crouesty ne soient pas assez visibles. "Il y a certainement autant de mégots par terre dans l'environnement proche de ces cendriers, précise t-elle, que dans le récipient ".