Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La carrière de Saint-Julien-Molin-Molette divise les habitants

vendredi 17 février 2017 à 22:02 Par Marc Vantorhoudt, France Bleu Saint-Étienne Loire

A Saint-Julien-Molin-Molette, c'est le sujet principal : la carrière. Un collectif d'habitants s'est monté contre son extension, et la mairie s'y est opposée à l'unanimité. Mais le projet n'est pas définitivement annulé. Une manifestation d'opposition est prévue le samedi 18 février à 14h00.

La carrière de Saint-Julien-Molin-Molette divise les habitants.
La carrière de Saint-Julien-Molin-Molette divise les habitants. © Radio France - Marc van Torhoudt

Saint-Julien-Molin-Molette, France

Au coeur du bourg, ce qui exaspère le plus les habitants, ce sont les 40 camions par jour qui descendent la rue principale, et qui remontent vers la carrière. Un balai incessant et bruyant. "Mais il n'y a pas que ça, souligne Jean-Pierre Huguet, membre d'un collectif d'habitants opposé à la poursuite de l'activité. Il y a la poussière, les trottoirs et la chaussée défoncée par les milliers de passages de poids lourds, les plaques d'égout enfoncées. Et tous les travaux de réparation sont intégralement pris en charge par la commune et le département."

Jean-Pierre Huguet, membre d'un collectif d'habitants opposés à la carrière

"Il y a parfois plus de 200 camions qui passent en une journée, dans les deux sens, au coeur du village"

Maxence, dont le domicile se trouve face à la carrière, témoigne des difficultés engendrées par la poussière : "Quand ils font péter la roche, avec le vent, la poussière vient jusqu'à la maison, sur les voitures, dans les pièces, sur nous. Il faut refaire le ménage tous les jours."

Maxence, un habitant que les poussières de la carrière envahissent

"Le village perd ses habitants. Personne ne veut s'installer ici à cause des nuisances. Par exemple, il n'y a aucune candidature pour le lotissement construit il y a deux ans, alors que dans les villages autour, la population augmente", poursuit Jean-Pierre Huguet.

La manifestation du samedi 18 février est la suite d'une longue série. Claire Legendre précise : "Nous rassemblons à chaque fois entre 50 et 100 personnes. Nous avons élargi l'appel pour cette fois, nous espérons peut-être 500 personnes."

La mairie s'est opposée au projet, mais il n'est pas abandonné pour autant

Au départ, le projet de l'exploitant de la carrière, Delmonico Dorel, était de tripler la production, de 150 000 tonnes par an à 500 000 tonnes par an. La mairie s'y est opposée. Le conseil municipal a voté contre à l'unanimité.

Le maire, Jean-Louis Bariot, explique la situation : "Pour l'instant, le Plan Local d'Urbanisme (P.L.U.) que nous avons voté en conseil bloque le projet d'extension. Mais si le préfet décide un Plan d'Intérêt Général (P.I.G.), alors le projet d'extension pourra être mis en oeuvre. Pour décider de cela, il y a des commissaires enquêteurs, qui rendent leurs avis. Nous les suivrons."

Jean-Louis Bariot, maire de Saint-Julien-Molin-Molette

"Nous suivrons l'avis des commissaires-enquêteurs.

Reportage à Saint-Julien-Molin-Molette

L'entreprise se défend, et certains habitants la soutiennent

"Nous avons fait de gros investissements, en 2008, pour réduire les nuisances, sonores, de poussière ou sur les eaux", se défend Dominique Dorel, le président de l'entreprise exploitante. Les marteaux métalliques ont par exemple été remplacés par des marteaux caoutchouc, beaucoup moins bruyants. "Nous avons aussi proposé un projet de contournement du village pour nos camions, qui n'a pas eu de suite", poursuit-il.

Plusieurs gros investissements ont été mis en place pour réduire les nuisances."

La carrière emploie près de 150 personnes, dont 24 emplois direct. 17 de ces employés vivent sur la commune ou alentours. "C'est important pour l'activité du village, qui a vu plusieurs de ses activités disparaître", souligne Nicolas, un habitant. Jean-Pierre Huguet tempère : "L'activité ne rapporte pas un sou à la commune."

Dominique Dorel, patron de Delmonico DOrel, l'exploitant de la carrière

La manifestation organisée par le collectif et soutenue par le parti Europe Ecologie les Verts, est prévue samedi 18 février à 14h00. Le cortège partira de la place de la Mairie de Saint-Julien-Molin-Molette.