Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La Catalogne vote un moratoire pour sauver son littoral du béton

jeudi 17 janvier 2019 à 19:04 Par François David, France Bleu Roussillon

Ce jeudi, la Région a voté un moratoire d’un an sur les projets immobiliers le long de la Costa Brava. Des dizaines de projets immobiliers pourraient capoter, dont certains absolument délirants…

A Bégur, plusieurs criques sont menacées d'être défigurées par des projets immobiliers
A Bégur, plusieurs criques sont menacées d'être défigurées par des projets immobiliers © Maxppp - SYLVIE CAMBON

Perpignan, France

Aux grands maux les grands moyens ! La Costa Brava, en Catalogne, connaît une telle fièvre immobilière, que la Generalitat (le gouvernement régional) tape du poing sur la table. Ce jeudi, elle a proclamé un moratoire d'un an sur tous les projets immobiliers qui se trouvent à moins de 500 mètres de la mer, de Port-Bou (à la frontière française) jusqu'à la ville de Blanes. Aucun permis de construire ne pourra plus être délivré.

Ce moratoire est « un soulagement » pour le collectif « SOS Costa Brava », qui fédère une quinzaine d'associations écologistes. C'est lui qui est à l'origine du moratoire, après avoir révélé l'ampleur de la bétonisation en cours : 30.000 habitations sont actuellement en projet sur la Costa Brava.

Selon le collectif, des sites emblématiques de la Côte catalane sont aujourd'hui menacés d'être saccagés. A Bégur, par exemple, un investisseur prévoit de construire 260 résidences secondaires à Aiguafreda, un secteur de criques, de falaises et de pinèdes, contre l'avis du maire et des habitants. 

Et ce n'est pas le seul projet sur la commune : de l'autre côté de la colline, six pelleteuses préparent le terrain pour construire 26 appartements de luxe avec une vue spectaculaire sur les îles Medes, une réserve naturelle protégée. Une soixantaine d'appartements sont aussi en projet dans la crique voisine de Sa Riera. 

Dans  la commune voisine de Pals, la mairie s'apprête à autoriser la construction d'un millier de maisons à la place d'une pinède centenaire. Même Cadaquès, ce joyau du littoral où résidait le peintre Salvador Dali, n'échappe pas à cette folie immobilière, avec un projet d'une centaine de logements et un hôtel. 

Et que dire de la commune de Palafrugell, où un investisseur peu scrupuleux a fait abattre 700 arbres fin décembre, sans aucune autorisation... Cette affaire a provoqué un scandale en Catalogne, et elle a précipité le vote du moratoire.

Selon l'association Greenpeace, le littoral catalan est aujourd'hui le plus urbanisé d'Espagne, devant la région de Valence et l'Andalousie.