Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Charente et la Charente-Maritime basculent dans la canicule

-
Par , France Bleu La Rochelle

Après Paris, la Charente pourrait passer en vigilance orange dès ce lundi, suivie mardi par la Charente-Maritime. Des records de chaleur pourraient tomber. Une précocité inédite, et une intensité qui rappelle l'été 2003 de sinistre mémoire.

Jusqu'à 40 degrés et peut-être même au-delà : les deux Charentes ne seront pas à l'abri de la canicule cette semaine.
Jusqu'à 40 degrés et peut-être même au-delà : les deux Charentes ne seront pas à l'abri de la canicule cette semaine. © Maxppp - Maxime Jegat

Coup de chaud sur les deux Charentes ! Le département de la Charente pourrait basculer ce lundi en vigilance orange à la canicule. Et la Charente-Maritime pourrait suivre dès le lendemain mardi, selon Météo France. Une vague de chaleur qui nous touchera surtout à partir de mercredi. "On atteindra mercredi de l'ordre de 35 à 38 degrés à l'ombre sur le département de la Charente-Maritime, 38 ou 39 sur la Charente, estime Pascal Runkhe, prévisionniste à Météo France à La Rochelle. Et le lendemain jeudi, on pourrait encore grapiller un ou deux degrés."

A ce niveau-là, des records pourraient bien tomber. C'est bien parti pour le record du mois de juin car cette canicule est d'une précoce inédite, confirme Pascal Runkhe : "En général, les canicules se situent entre le 15 juillet et le 15 août". La faute à un anticyclone au nord de l'Europe et une dépression sur l'Atlantique qui ont décidé de faire remonter de l'air très chaud depuis le Sahara. Quant aux records absolus, ils ont été inscrits en juillet 1949 : 40,1 à Cognac, et 41 à Saintes.

Une intensité digne de 2003

L'intensité de cette canicule rappelle une date de sinistre mémoire : l'été 2003 et ses 15.000 morts. "On va peut-être battre les records de 2003, estime le prévisionniste Pascal Runhke. En revanche, cette canicule devrait avoir une durée beaucoup plus limitée que celle de 2003." L'épisode va durer de l'ordre de trois à quatre jours dans les deux Charentes. "On restera toujours avec des températures élevées ce week-end, précise Pascal Runkhe, avec des valeurs de 33 à 36 degrés. Mais les températures nocturnes vont retrouver des niveaux acceptables, aux alentours de 18 degrés."

Car c'est l'un des indicateurs à prendre en compte pour estimer une canicule : les températures nocturnes vont être elles aussi très élevées cette semaine. Notamment durant la nuit de mercredi à jeudi, et celle de jeudi à vendredi.  "On va avoir des températures minimales autour de 21 ou 22 degrés, prévient le prévisionniste Pascal Runkhe. Ce qui correspondrait presque à des températures qu'on retrouve habituellement à cette saison dans l'après-midi."

Des températures nocturnes qui ne retombent pas

Et ce sont ces températures élevées qui posent problèmes, car elles empêchent les organismes de récupérer correctement. "On peut résister à une ou deux journées très chaudes, confirme Pascal Runkhe. Mais si on ne peut pas récupérer un peu la nuit à cause de la chaleur, c'est là où ça commence à poser des problèmes."

Enfants, retraités : les personnes fragiles seront bien sûr les plus touchées par cette chaleur. Il faut donc suivre les bons conseils pour se prémunir. Depuis 2003 et la création d'un plan national canicule, les professionnels sont désormais mieux armés. La culture de la chaleur s'améliore. Illustration à La Rochelle, chez les auxiliaires de vie qui rendent visite chaque jour aux personnes âgées dépendantes. "On a l'habitude" rassure Amandine, salariée de la société rochelaise An'Actif Services.

Les personnes âgées surveillées de près

Boire de l'eau, rester au frais, fermer ses volets... Amandine, auxiliaire de vie rochelaise, fait passer le message auprès de ses patientes, comme Colette, 84 ans.
Boire de l'eau, rester au frais, fermer ses volets... Amandine, auxiliaire de vie rochelaise, fait passer le message auprès de ses patientes, comme Colette, 84 ans. © Radio France - Julien Fleury

Ce midi, Amandine est chez Colette, 84 ans. Malvoyante et victime de Parkinson, elle s'apprête à déjeuner, attablée dans sa cuisine. Et on commence par un verre d'eau : "J'ai la bouche très sèche à cause des médicaments", se plaint Colette, qui ne veut pas trop boire non plus, "pour ne pas me lever plusieurs fois" afin de se rendre aux toilettes.

Boire plus que d'habitude mais sans excès, c'est la consigne que répète Amandine à ses patients quand le thermomètre grimpe.

On leur conseille aussi de rester à la fraîche à la maison, volets fermés, de téléphoner à leurs proches pour donner des nouvelles, et de manger correctement, surtout.

"Moi je ne fermerai pas mes volets, prévient pourtant Colette. Déjà que je vois pas bien... Je vois passer des gens dans la rue par la fenêtre, alors s'il n'y a plus personne, je ne pourrai pas. C'est dur de vivre seule !" Amandine la réconforte aussitôt : "Mais nous on est là !" La chaleur, Colette l'appréciait autrefois, mais les temps ont changé. "Ce n'est pas agréable, la chaleur, à notre âge ! On est obligé de rester tout le temps à l'ombre, on ne peut pas sortir, même pas dans la cour."

Pas toujours facile de faire passer les messages de prévention auprès des personnes âgées. "Il faut être très doux, très à l'écoute" conseille Amandine, auxiliaire de vie à La Rochelle.
Pas toujours facile de faire passer les messages de prévention auprès des personnes âgées. "Il faut être très doux, très à l'écoute" conseille Amandine, auxiliaire de vie à La Rochelle. © Radio France - Julien Fleury

Une demi-heure plus tard, Amandine doit déjà repartir pour son prochain patient. Et ce ne sera pas forcément aussi facile de lutter contre la chaleur : "Beaucoup de personnes âgées sont frileuses, confie Amandine. Elles portent sous-pull et pull, même l'été. C'est compliqué de leur faire retirer." Sauf qu'Amandine a une botte secrète : "Il faut être très doux, très à l'écoute..." Ces prochains jours, cette auxiliaire de vie le sera encore plus que d'habitude.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess