Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La construction de l'usine d'éoliennes au Havre doit débuter début 2020

Filippo Cimitan, le directeur de Siemens Gamesa France, a confirmé ce lundi 25 février, sur France Bleu Normandie que le chantier de l'usine d'éoliennes doit démarrer au Havre en début d'année prochaine avec à la clé des centaines d'emplois.

Filippo Cimitan, directeur de Siemens Gamesa France
Filippo Cimitan, directeur de Siemens Gamesa France © Radio France - Delphine Garnault

Filippo Cimitan, le directeur de Siemens Gamesa France, était l'invité de France Bleu Normandie juste avant la signature ce lundi 25 février d'une convention avec la ville du Havre (Seine-Maritime). "On a déposé les permis de construire la semaine dernière, c'est une étape importante dans la construction de cette usine qui est prévue en début d'année prochaine. Aujourd'hui notre travail est que l'usine soit prête quand les projets seront prêts". Selon le directeur, il faut que l'usine soit prête à entamer la production et opérationnelle à la fin de l'année 2021, même si ce n'est pas à 100% de ses moyens.

"Bien pour la planète"

Il faut pour cela que les projets obtiennent toutes les autorisations administratives.  Il s'agit des projets de Saint-Brieux, Le Tréport, et d'Yeu-Noirmoutier. Chacun de ces parcs éoliens off-shore doit accueillir 64 mâts d'éoliennes. Le projet global est exaltant selon les partenaires, car il est "aussi bien pour l'économie que pour la planète." Siemens Gamesa a émis 77 milliards de killowatt-heures d'énergie propre depuis 1991, et le chantier havrais porte aussi un fantasme du constructeur : aider à atteindre l'objectif national de 32% d'énergies renouvelables d'ici 2030.

Plusieurs centaines d'emplois à la clé

Dans cette future usine havraise, on doit fabriquer et assembler les trois composants principaux d'une éolienne : nacelle, pales, et la partie génératrice. À la clé : plusieurs centaines d'emplois, le chiffre de 750 emplois est avancé, et une différente typologie de métiers. Le directeur de Siemens Gamesa France explique que "cette usine sera intégrée dans le tissu industriel de notre groupe au niveau mondial mais surtout pour les parcs français". 

L'industrie éolienne, c'est de l'industrie de pointe, notamment pour Siemens Gamesa qui compte construire des engins plus grands que la moyenne (une simple pale fera 81 mètres de long) : de quoi se demander si ces emplois profiteront beaucoup aux employés du Havre et de la Seine-Maritime ! 

Pas de panique pour Éric Lehericy, directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie du Havre : "Avant de construire les éoliennes, il faut construire un bâtiment !", rappelle-t-il. De quoi remplir le cahier des charges de pas mal d'entreprises locales, selon lui. "Ensuite, il va y avoir besoin de transporteurs, de logistique, d'électro-technique ..." Autant de compétences qui existent sur notre territoire. "L'objectif pour la CCI, c'est qu'un maximum de personnes présentes dans notre zone puissent, demain, prétendre à des postes dans ces futures usines", martèle-t-il.

Financement à boucler

"C'est une étape importante d'un chemin qui reste long", résume Filippo Cimitan, président de Siemens Gamesa, au moment de l'annonce des permis de construire, ce lundi 25 février à la mairie du Havre. En effet : un budget de 57 millions d'euros est déjà disponibles, après des premières négociations avec l'ancien partenaire, Areva. 

Le portefeuille est aujourd'hui nettement plus élevé, suite à un changement de plans opéré par Siemens Gamesa : le projet total coûte 140 millions d'euros, et il faut boucler avant l'été un financement d'argent public à hauteur de 80 millions d'euros. Autrement dit, il reste à trouver 23 millions d'euros d'argent public en quelques mois pour pouvoir aménager les quais du port maritime du Havre.

Des travaux préparatoires sont déjà en cours, on libère 36 hectares de surface. Cette première phase doit durer un an, avant le début de la construction de l'usine, prévu en 2020. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess