Climat – Environnement

La douceur hivernale est-elle inquiétante pour la vigne en Gironde ?

Par Martin Cotta, France Bleu Gironde dimanche 12 janvier 2014 à 8:00

"Les bourgeons commencent à être enflés" s'inquiète Manuel Da Paixao du château Bouscaut
"Les bourgeons commencent à être enflés" s'inquiète Manuel Da Paixao du château Bouscaut © Radio France - Martin Cotta

Quinze degrés cette semaine, 13°C ce vendredi et ce jusqu'à la semaine prochaine au moins. Les températures exceptionnellement hautes de ce début d'année inquiètent certains viticulteurs dans le département. Les bourgeons pourraient pousser plus tôt que prévu.

C'est avec un regard stupéfait qu'il se balade entre ses vignes. Manuel Da Paixao, chef de culture au château Bouscaut n'a jamais vu pareil temps. "On pourrait presque travailler en T-shirt ", s'exclame ce viticulteur. Malgré un léger sourire les températures de ces dernières semaines l'inquiètent. "On pourrait avoir un printemps précoce. Les bourgeons sont un peu enflés déjà. C'est pas normal, d'habitude ils sont plus fermés.Les températures à ce moment de la saison devraient normalement s'échelonner de 2 à 9 degrés, mais elles s'échelonnent plutôt entre les 9 et 15 degrés actuellement !

Avec cette douceur hivernale, le risque concerne le pied de la vigne. Lorsqu'il fait doux, la sève monte dans le rameau et participe à la pousse du pied. Cela induit du coup que le pied de vigne soit assez solide au préalable, qu'il se soit donc solidifié avec le froid. Mais comme il fait plutôt très bon ces temps-ci, la vigne risque d'être fragile.

Un printemps décalé au château Bouscaut de Cadaujac ? - Radio France
Un printemps décalé au château Bouscaut de Cadaujac ? © Radio France - Martin Cotta
Du côté de Léognan au château Haut-Bailly, Yann Monties, directeur technique adjoint, ne veut pas trop s'inquiéter et positiver. Après une année 2013 difficile, le viticulteur espère que le cycle de la vigne ne sera pas trop décalé, que le printemps n'arrivera pas trop tôt.

En attendant, plusieurs de ses parcelles sont inondées à cause des pluies récentes. "Je ne peux pas faire passer mes machines entre les vignes pour l'épandage, il y a des zones où les sols sont trop mouillés. " Yann Monties croise donc les doigts pour qu'il ne pleuve plus dans les prochains jours et attend la vague de froid. Elle n'est prévue que pour le début du mois de février.

"Ce n'est pas normal d'avoir des bourgeons enflés maintenant"

Partager sur :

Mots-clés :

Par :