Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Climat – Environnement

La fin des pesticides pour les jardiniers amateurs

-
Par , France Bleu Berry

Depuis le premier janvier, les pesticides sont interdits en France pour tout usage non professionnel. Vous ne pouvez donc plus en conserver non plus chez vous. Le conseil, c'est de les ramener dans une déchetterie agréée pour les recevoir.

Un talus traité avec des désherbants chimiques près d'un cours d'eau : cela est désormais interdit.
Un talus traité avec des désherbants chimiques près d'un cours d'eau : cela est désormais interdit. - Agence Française pour la Biodiversité

Bourges, France

Cette interdiction concerne tous les produits contenant des molécules chimiques. Le ministère de l'agriculture a publié une liste des produits dits "bio contrôle" dont l'usage est toujours admis (comme la bouillie bordelaise par exemple).  Dans le Cher, cinq fonctionnaires de l'agence française pour la biodiversité sont chargés de faire respecter cette nouvelle interdiction. Ils sont prêts à traquer les contrevenants, notamment ceux qui continuent d'utiliser ces pesticides près des lieux les plus sensibles: " On va être davantage attentif pour tout ce qui concerne _les traitements près des points d'eau notamment_, explique Patrice Van Bosterhaudt, chef de l'agence française pour la biodiversité dans le Cher. Et en fonction des éléments qu'on aura relevés sur le terrain on pourra diligenter des visites domiciliaires. Elles auront pour but de saisir les stocks de produits de traitement interdits. Si nécessaire, nous pourrons effectuer des analyses pour identifier les molécules chimiques en cause."  

Patrice Von Bosterhaudt, chef de l'agence française pour la biodiversité du Cher - Radio France
Patrice Von Bosterhaudt, chef de l'agence française pour la biodiversité du Cher © Radio France - Michel Benoit

Ces contrôles vont reprendre surtout au printemps, quand pousseront à nouveau les herbes folles. La peine peut aller jusqu'à 6 mois d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende mais l'idée c'est surtout de mettre fin à des pratiques très polluantes et dangereuses pour la santé. Même les agriculteurs, gros utilisateurs de pesticides devront adapter leur comportement : " Un professionnel est concerné par cette évolution de la réglementation s'il utilise ces produits de traitement interdits dans un cadre privé. Prenons un exemple, détaille Patrice Van Bosterhaudt : un agriculteur qui désherberait sa cour avec un produit dont l'usage est recommandé pour le désherbage du colza, s'expose au problème d’une utilisation inappropriée vis-à-vis de l’AMM (Autorisation de mise sur le marché)."  Les contrevenants pourront même se voir contraints de participer à des stages de sensibilisation à l'environnement comme cela existe en matière de sécurité routière. Le plus judicieux est donc de ramener les produits de traitement interdits que vous détiendriez, en déchetterie agréée