Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

La force d'action rapide nucléaire en exercice toute la semaine à la centrale de Chooz

mercredi 30 janvier 2019 à 11:42 Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne

Une centaine d'hommes de la Force d'action rapide nucléaire s'exercent à Chooz depuis ce lundi 28 janvier. Jusqu'à vendredi, ils simulent une inondation qui priverait la centrale nucléaire d'alimentation électrique. C'est cette force qui interviendrait en cas d'accident majeur.

Un hélicoptère Super-Puma transporte le matériel sur place
Un hélicoptère Super-Puma transporte le matériel sur place © Radio France - Alexandre Blanc

Chooz, France

La Force d'action rapide nucléaire (FARN) a été créée après la catastrophe de Fukushima. Elle est opérationnelle depuis janvier 2013.  

Avant chacun des sites devait faire face à l'évènement. Notre objectif, c'est de garantir la sûreté des réacteurs, les réalimenter en air, en eau et en électricité, passer en toutes circonstances et pouvoir aider nos collègues sur un site » - Pierre Eymond, directeur de la FARN

La FARN intervient dès lors qu'une centrale nucléaire n'aurait plus les moyens d'assurer seule sa sécurité et de refroidir ses réacteurs par ses propres moyens.  

Scénario catastrophe

A Chooz, le scénario mis en œuvre est celui d'une inondation qui isole le site et le prive d'électricité. Une centaine d'hommes de la FARN (le tiers de l'effectif), venus des quatre bases régionales de la Force (Bugey, Dampierre, Paluel et Civaux) sont à pied d'oeuvre.  

Dans les 8 premières heures de l'exercice, un hélicoptère vient faire une reconnaissance. La première équipe arrive sur place au bout de 12 heures. En moins de 24 heures, tout le dispositif doit pouvoir être déployé afin de prendre le relai des équipes de la centrale. Une centaine d'employés du CNPE de Chooz ont d'ailleurs participé à l'exercice.

Les premières 24 heures, c'est nous qui gérons. Nous avons 300 personnes formées, habilitées, et 58 capables d'être disponibles et d'intervenir sur le site en moins d'une heure » - Laurent Berthier directeur de la centrale nucléaire de Chooz.

REPORTAGE - Au coeur d'un exercice de la FARN à la centrale nucléaire de Chooz

Des moyens matériels conséquents

Pour convoyer le matériel, la FARN utilise un hélicoptère Super-Puma utilisé habituellement pour les lignes haute-tension par Réseau de transport d'électricité (RTE) et capable de transporter des charges de 4 tonnes. Le déplacement d'un groupe électrogène permet au personnel au sol de recycler leur formation, sous la supervision de Samir El Begar  

Sur un site destructuré, il faut que l'on ait la capacité de pouvoir guider l'hélicoptère jusqu'au plus près de la tranche, en toute sécurité », Samir, El Begar, membre de l'Etat-major de la FARN

Un peu plus loin, une pompe à eau est déjà en action. C'est l'un des 28 camions tout-terrain déployés sur l'exercice qui l'a apportée, des véhicules autonome qui embarquent également tous les outils nécessaires pour dégager la route si des obstacles s'y trouvent. Une seule colonne de 14 hommes peut mettre en œuvre deux pompes de ce type et refroidir ainsi deux tranches de réacteur.  

Des pompes à eau sont déployées pour refroidir les réacteurs - Radio France
Des pompes à eau sont déployées pour refroidir les réacteurs © Radio France - Alexandre Blanc

En retrait, le poste de commandement a élu domicile dans la salle d'un bâtiment des années 80 utilisé pendant la construction de la centrale Chooz B. Des cartes étalés sur la table, d'autres projetées au mur, des tableaux qui se remplissent. Logistique, communication, renseignement, anticipation, chacun a sa spécialité.  

24 heures après le début de l'exercice, le bilan est satisfaisant. A la tête des opérations, Arnaud Boulbes note que les premières réalimentations en eau, en air et en électricité sont bien effectuées. « Maintenant, notre mission va consister à garantir ce fonctionnement dans la durée », souligne le chef du poste de commandement.

Au poste de commandement - Radio France
Au poste de commandement © Radio France - Alexandre Blanc

Cela passe par l'approvisionnement en carburant. Pour mener à bien cette mission, du fait des difficultés d'accès par les routes prévues dans le scenario, les hommes de la FARN passent par la voie fluviale en faisant naviguer des barges sur la Meuse.  

L'exercice de la FARN à Chooz doit s'achever ce vendredi 1er février 2019.