Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

"La forêt méditerranéenne a besoin du feu pour se régénérer de temps en temps," selon le chercheur Michel Venetier

samedi 29 juillet 2017 à 10:32 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Provence

Selon le chercheur Michel Venetier, spécialiste de l'environnement à Aix-en-Provence, "beaucoup d'espèces ne peuvent survivre que s'il y a des feux, de temps en temps." Mais toujours "avec une fréquence moindre que celle que lui impose l'homme".

Pour la végétation, le feu n'est pas toujours synonyme de désastre.
Pour la végétation, le feu n'est pas toujours synonyme de désastre. © Radio France - Laurent Martinat / Photo PQR Nice Matin

Aix-en-Provence, France

Sur ces deux dernières semaines, 7 000 hectares de végétation ont brûlé dans le Sud-Est de la France. Est-ce que, dans une certaine mesure, les incendies permettent un renouvellement de la nature ? France Bleu Provence a posé la question à Michel Venetier, chercheur à l'IRSTEA d'Aix-en-Provence (l'Institut national de recherche en sciences et technologie pour l'environnement et l'agriculture).

La forêt méditerranéenne a absolument besoin du feu pour se régénérer, de temps en temps. Avec une fréquence moindre que celle que lui impose l'homme.

"Beaucoup d'espèces ne peuvent survivre dans cette forêt que s'il y a des feux par-ci, par-là et de temps en temps. C'est à l'échelle du paysage qu'il faut le voir. La biodiversité de notre forêt dépend de la diversité des régimes de feux."

Selon le chercheur, "il ne faut jamais regarder un feu à une échelle locale, parce que localement, les gens le prennent pour une catastrophe, et c'est normal."

Le pin d'Alep, par exemple, ou les espèces herbacées dans les garrigues et les maquis ont besoin du feu pour se conserver et se régénérer.

Michel Venetier est chercheur spécialiste de l'environnement à l'IRSTEA d'Aix-en-Provence.

A lire également cet entretien avec Michel Venetier : "Dans notre région, 95% des feux sont d'origine humaine".