Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

La grogne monte au Parc national des Cévennes

jeudi 14 mars 2019 à 17:54 Par Hervé Sallafranque, France Bleu Gard Lozère

Les agents se sont mobilisés ce jeudi matin pour dénoncer la réduction des effectifs.

Les agents ont exprimé leurs inquiétudes en marge du conseil d'administration du parc
Les agents ont exprimé leurs inquiétudes en marge du conseil d'administration du parc - Cyril Rombaut

Florac, France

Les agents du parc national des Cévennes se sont mobilisés ce jeudi matin pour protester contre la réduction régulière des effectifs. 14 postes ont été supprimés au cours des 10 dernières années et les agents ont exprimé leur colère à l'occasion de la venue de deux représentants du ministère de l'Environnement au siège du parc à Florac.  Le parc compte  encore 74 agents mais "les missions sont de plus en plus nombreuses et les employés ont du mal à supporter la pression" déplore Isabelle Henry l'une des représentantes du personnel .  "Sur le terrain on nous reproche aussi de nous voir moins souvent qu'avant et ça crée une frustration dans les communes du territoire" poursuit Isabelle Henry.

Double langage

Les agents en colère dénoncent également le double langage du gouvernement en matière d'environnement. "On crée l'agence française pour la biodiversité, mais cela se  fait en mutualisant les moyens, ce qui signifie que des postes sont fermés sur certains sites pour être déployés ailleurs.  Le gouvernement ne met pas les moyens en matière de protection de l'environnement"  explique encore  Isabelle Henry qui espère une mobilisation citoyenne des acteurs du territoire pour  sauver ce qui peut encore l'être.