Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La guerre continue entre Décathlon et les défenseurs de l'environnement

vendredi 15 décembre 2017 à 2:35 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault et France Bleu

Nouvel épisode dans la longue bataille judiciaire qui oppose Décathlon et des défenseurs de l'environnement. En cause: "Oxylane", un projet de zone commerciale de 23 hectares à Saint-Clément-de-Rivière (Hérault). Les deux parties se sont retrouvées ce jeudi devant le tribunal administratif.

Les opposants au projet ont manifesté devant le tribunal
Les opposants au projet ont manifesté devant le tribunal © Radio France - Salah Hamdaoui

Saint-Clément-de-Rivière, France

La guerre a commencé il y a environ trois ans, quand les associations de défense de l'environnement ont pris connaissance du projet prévu à Saint-Clément-de-Rivière, au nord de Montpellier, sur le domaine des Fontanelles.

33.000 m2 de surface commerciale dans une zone de 23,5 hectares avec des enseignes telles que Décathlon, Truffaut ou O'Tera ainsi que des activités ludiques et des espaces "santé-bien-être".

Selon Décathlon, Oxylane rapportera 1 million d'euros de taxes locales annuelles, créera 220 emplois, pour un investissement de 25 millions d'euros.

Décathlon se heurte à la présence d'une chauve-souris

Les deux parties se sont retrouvées ce jeudi pour la énième fois devant le tribunal administratif de Montpellier en raison d'un recours déposé par les associations "Non au Béton" et "SOS Lez environnement". 

Elles pointent notamment du doigt les études d'impact qui ont été faites par Décathlon et qui n'auraient pas suffisamment pris en compte la présence d'une chauve-souris, espèce protégée.  En lieu et place d'une aire où elles chassent, il y aurait un parking de 7.500 m2. 

Etudes d'impact insuffisantes?

Décathlon assure que son projet en tient compte. Des nichoirs sont prévus et toutes les lumières de la zone commerciale seront éteintes, dès la nuit tombée.

Le rapporteur public a pour sa part considéré que les études d'impact sont effectivement insuffisantes et a demandé l'annulation du permis d'aménager délivré par la commune de Saint-Clément-de-Rivière, le 20 janvier 2015. Le tribunal administratif devrait trancher d'ici une quinzaine de jours.

Environnement vs économie

Par la voix de Guillaume Sarthe, responsable du développement de l'enseigne en Languedoc-Roussillon, Décathlon assure que l'environnement est une préoccupation importante tout en indiquant que l'économique est également un enjeu majeur avec "une activité commerciale qui n'existe pas au nord de Montpellier".

"Il y a déjà trois Décathlon dans la Métropole. Si on ne pense qu'à l'intérêt économique, bientôt on ira voir les écureuils et les hérissons au zoo. Alors, où est-ce qu'on s'arrête?" interroge Alain Berthet, le président de "Non au Béton".

En tout cas, la guerre est loin d'être finie annonce Jean Michel Helary, le président de "SOS Lez environnement". Selon lui, les multiples recours "permettent de retarder le projet. Notre espoir c'est qu'à force d'être retardé, Décathlon se dise finalement, on perd de l'argent, c'est pas intéressant".

Quelle que soit la décision du tribunal, il y aura obligatoirement un mécontent. Et donc, un appel.