Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La loi littoral contre le bétonnage des côtes est-elle menacée ?

mardi 29 mai 2018 à 18:55 Par Loïck Guellec, France Bleu Armorique

La loi littoral de 1986 protège les côtes françaises du bétonnage; elle interdit même toute nouvelle construction dans une bande des 100 mètres. Mais un amendement discuté cette semaine à l'Assemblée Nationale propose son assouplissement. Colère des défenseurs de l'environnement.

La commune de Belz dans la ria d'Etel
La commune de Belz dans la ria d'Etel © Maxppp - Bertrand Béchard

Rennes, France

Doit-on craindre un retour au bétonnage de notre littoral ? Certains le craignent, d'autres réclament juste une adaptation de la loi littoral de 1986. Ce texte emblématique protège les côtes françaises de tout nouveau bétonnage, toute nouvelle construction étant interdite dans une bande des 100 mètres à partir du rivage. Mais ce mercredi ou ce jeudi un amendement va être discuté à l'Assemblée Nationale dans le cadre des débats à propos du projet de loi Elan sur le logement. Concrètement cet amendement, défendu notamment par Hervé Pellois, député La République en Marche du Morbihan, autoriserait l'urbanisation des dents creuses, ces terrains non constructibles situés entre 2 habitations isolées et hors de la bande des 100 mètres.

Soutien de certains propriétaires

En Bretagne ces dents creuses sont nombreuses. Elles situées dans des villages ou des hameaux et à proximité de la mer, d'un golfe ou d'une ria. Pour François Jehanno, président des "plumés de Bretagne", "ces terrains sont actuellement perdus pour les propriétaires qui ne peuvent rien faire et ne peuvent pas les transmettre à leurs enfants". Il estime que ces terrains deviendront des friches car les engins agricoles ne peuvent plus entrer sur des terrains qui ne dépassent pas les 1500 mètres carrés. "Il est hors de question de bétonner nos côtes" affirme François Jehanno qui refuse de parler d'assouplissement de la loi littoral car ce sont des zones déjà urbanisées.

Inquiétude des défenseurs de l'environnement

Marie-Roberte Perron, présidente de l'association "les amis de Kervoyal" à Damgan dans le Morbihan ne mâche pas ses mots. "Ce qui nous inquiète c'est qu'on va pouvoir construire dans des espaces jusqu'à présent protégés, des espaces de respiration sur le littoral; ce qu'on craint c'est qu'il y ait véritablement l'élaboration d'un mur de l'Atlantique". Marie-Roberte Perron est catégorique : "il faut un développement durable et le développement durable ne se fera qu'avec la loi littoral".

Et Nicolas Hulot ?

Récemment lors d'une visite en Corse, le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot a rappelé qu'il ne voulait pas qu'on touche aux fondamentaux de la loi littoral tout en acceptant des aménagements mais à la marge.