Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La moitié des cours d'eau contaminée par les pesticides

mercredi 8 novembre 2017 à 10:32 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

Plus de la moitié (53%) des cours d'eau et plus du tiers des eaux souterraines sont contaminés en France par des pesticides, selon l'association Eaux et Rivières de Bretagne. Pourtant, la réglementation est "en régression".

Des dangers pour l'environnement et les populations, dont les agriculteurs en premier lieu
Des dangers pour l'environnement et les populations, dont les agriculteurs en premier lieu © Maxppp - Jean-Francois Frey

Bretagne, France

Eaux polluées, population en danger

Alors que le gouvernement annonce ne pas vouloir prolonger au-delà de 3 ans l'utilisation du Glyphosate, Eaux et Rivières de Bretagne tire la sonnette d'alarme concernant la concentration de pesticides dans les eaux.

53% des eaux superficielles et un peu plus du tiers des eaux souterraines seraient contaminés en France, selon l'association bretonne.

Son co-responsable de la commission "pesticides et santé" estime que les intérêts économiques sont plus puissants que l'intérêt général.

Hausse des quantités épandues

Réglementation en régression

La question des pesticides est d'autant plus pressante qu'il y a "une augmentation de la quantité des épandages", selon Jean-François Deleume, en dépit des perspectives annoncées par le plan Ecophyto qui vise à réduire leur usage de 50% en 10 ans.

La "vraie question est la question sanitaire", car on "a acquis la certitude de la dangerosité des pesticides, notamment pour les agriculteurs qui sont les premières victimes (Maladie de Parkinson ou Lymphomes)".

La pollution s'aggrave donc, d'autant qu'un arrêté ministériel qui encadre les conditions d'épandage (entré en vigueur en mai dernier), est jugé "en régression" par les associations environnementales (dont Eaux et Rivières de Bretagne), qui ont décidé de l'attaquer devant le Conseil d'État.