Climat – Environnement

La pollution lumineuse : un frein pour profiter de la "nuit des étoiles"

Par Aurélien Tiercin, France Bleu Loire Océan jeudi 4 août 2016 à 19:38

Double amas dans la constellation de Persée
Double amas dans la constellation de Persée - Serge Bouric

Ce weekend a lieu la "nuit des étoiles". Partout en France, des centaines de sites vous accueillent pour découvrir la voûte céleste. En Loire-Atlantique et en Vendée, le ciel devrait être dégagé mais cela pourrait ne pas suffire pour voir les étoiles.

Si vous habitez à Nantes ou à Saint-Nazaire, lever les yeux aux ciel ne suffit pas toujours à voir les étoiles. Il faut s'éloigner du centre ville. "Un simple lampadaire gêne considérablement la vision des étoiles". Un regard d'expert signé Yannis, co-fondateur des Randonneurs des étoiles, un club d'astronomie basé dans le pays de Retz.

La moindre source de lumière referme la pupille. On voit quelques étoiles mais le ciel profond est invisible. Impossible par exemple d'apercevoir la voie lactée. C'est pourtant magique" Serge Bouric, président des Randonneurs des étoiles à Bourgneuf-en-Retz

15% d'économies par an sur l'éclairage public à Bourgneuf

Alors pour échapper à cette lumière, les astronomes amateurs fuient les villes. Direction la campagne, où les sources lumineuses sont très faibles. Mais depuis quelques années, la pollution lumineuse est prise très au sérieux grâce à l'action de l'ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturne). Depuis 2009, un label "village étoilé" pousse certaines communes à réduire l'éclairage public. En Loire-Atlantique, quatre villes l'ont obtenu : Bourgneuf-en-Retz, Issé, Sucé-sur-Erdre et Saint-Mars-du-Désert.

Le club des Randonneurs des étoiles - Aucun(e)
Le club des Randonneurs des étoiles - Serge Bouric

La condition sine qua none pour obtenir ce label étant évidemment la réduction drastique de l'éclairage public. A Bourgneuf, la mairie a choisi de ne plus éclairer ses rues pendant l'été et le reste de l'année, les lampadaires sont éteints de 23h à 6h. "C'est une économie de 3000€ par an pour la commune" assure le secrétaire général de la mairie de Bourgneuf. "C'est 15 ou 20% du budget total, ce n'est pas négligeable". Un argument économique évident pour les communes qui postulent auprès de l'ANPCEN pour devenir "village étoilé". Les villes peuvent obtenir jusqu'à cinq étoiles, en fonction de la qualité des luminaires, leur puissance, leur orientation,etc... Pour le moment, Bourgneuf n'a qu'une étoile mais la mairie assure vouloir continuer ses efforts.

La pollution lumineuse dangereuse aussi pour l'Homme et les animaux

C'est une bonne nouvelle également pour la faune et la flore. "Les lumières influent énormément sur la vie nocturne" regrette Paul Blu, président honoraire de l'ANPCEN. Chez l'homme, cela perturbe le sommeil. "Pendant le sommeil, nous secrétons de la mélatonine par le biais des cellules que l'on a dans l'oeil. Mais elles s'arrêtent dès qu'il y a une source de lumière. C'est une hormone très importante, hormone de croissance, etc... et elle est perturbée par la lumière".

Les papillons meurent énormément à cause des lumières. Soit ils sont épuisés à force de tourner autour soit ils sont grillés par la puissance de la lumière. Les chauve-souris aussi sont touchées. Certaines espèces sont même complètement immobilisées par les sources lumineuses. Au contraire, d'autres espèces pullulent grâce à elles. La lumuère prolonge en quelque sorte la vie. Les étourneaux se reproduisent plus, dégradent les toits ou dévastent les cerisiers". Paul Blu, président honoraire de l'ANPCEN

Des problématiques qui n'existent plus à Bourgneuf-en-Retz. C'est donc un des endroits où suivre la "nuit des étoiles". Les randonneurs des étoiles vous donnent rendez vous à la salle municipale de Saint-Cyr en Retz à 21h pour une conférence avec Olivier Sauzereau, astrophotographe, suivi d'une observation du ciel à 22h30.

Partager sur :