Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La pluie des derniers mois est-elle une bonne nouvelle pour éviter les risques d'incendies ? Pas forcément

jeudi 21 juin 2018 à 11:10 Par Tony Selliez, France Bleu Provence

Cette pluie qui nous a tant ruiné le moral ces dernières semaines... Et si finalement c'était une bonne nouvelle pour nous protéger un peu mieux des risques d'incendies cet été ?

Des pins d'Alep, ici dans le Parc Naturel des Calanques
Des pins d'Alep, ici dans le Parc Naturel des Calanques © Radio France - Tony Selliez

Marseille, France

Le soleil, enfin. Et la chaleur. Peut-être même un peu trop d'ailleurs, même s'il est difficile de s'en plaindre après des mois exceptionnellement humides, notamment dans les Bouches-du-Rhône et le Var.  Et si toute l'eau tombée allait en quelque sorte nous servir de bouclier, avec des sols moins secs ?  Détrompez-vous. C'est tout le contraire. 

Ou plutôt, si les nappes phréatiques se sont remplies, la végétation est aussi plus dense. Et si ça sèche, s'il y a du mistral, alors on risque d'avoir en quelque sorte un retour de bâton.

"Ça fait du bien aux nappes phréatiques, à la végétation. Mais si on a un été pluvieux, tout va bien. Si on a deux semaines de mistral avec des températures très élevées, la végétation va sécher. Si les nappes phréatiques et les sols sont un peu plus humides, la végétation séchera et ça fera une masse combustible encore plus importante que si ça avait été la sècheresse depuis février." Mathias Pereira, technicien forestier de Marseille-Sud ONF