Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La pollution sonore nuit à la santé des Franciliens

samedi 9 février 2019 à 6:01 Par Marie Roussel, France Bleu et France Bleu Paris

La pollution sonore est la deuxième cause de morbidité en Ile-de-France, derrière la pollution atmosphérique. C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par l'organisme Bruiparif qui estime en moyenne qu'un Francilien perd 10,7 mois de vie en bonne santé.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Bruno Levesque

Île-de-France, France

Le bruit, un danger pour la santé des Franciliens. C'est ce qui ressort du rapport publié ce samedi 9 février par l'organisme Bruiparif, chargé de mesurer les nuisances sonores dans la capitale. Entre l'altération du système auditif, les perturbations du sommeil ou encore les maladies cardiovasculaires, le Francilien perd en moyenne 10,7 mois de sa vie en bonne santé, selon cette étude. 

Les Franciliens fortement exposés au bruit routier

Le bruit qui provoque le plus d'impact sanitaire, c'est le trafic routier, le plus diffus sur le territoire francilien. D'après Bruitparif, 85% des habitants sont soumis à des niveaux supérieurs à 53 décibels. "C'est une nuisance sonore qui est très ennuyante, surtout que j'ai un arrêt de bus juste en bas de chez moi. Donc je n'arrête pas d'attendre le bus s'arrêter, repartir", témoigne cette Parisienne.

Derrière la circulation, vient le bruit des trains et ensuite celui des avions. "Une horreur, ça fait un foin pas possible, se désole cette autre Francilienne qui habite non loin d'Orly . On est près des pistes, donc on est obligé d'éteindre la télé ou de se hurler dans les oreilles quand un avion décolle, toutes les deux minutes". 

Infographie de Bruitparif. - Aucun(e)
Infographie de Bruitparif. - Bruitparif

Si les nuisances sonores provoquées par les avions sont plus localisées, autour des aéroports d'Orly et de Roissy, elles ont le plus de conséquences sur la santé des Franciliens selon Fanny Mietliki, la directrice de Bruitparif. "Les risques les plus forts que nous avons mis en évidence, ce sont les risques associés aux personnes qui habitent dans des zones aéroportuaires. Elles cumulent une exposition souvent importante de transports terrestres comme la route ou le fer. Ces occurrences de survols génèrent des troubles du sommeil. Cela peut représenter une perte jusqu'à trois ans de vie en bonne santé"

D'après le rapport de Bruitparif, dans la zone francilienne, 90% de la population est exposée à des niveaux supérieurs aux valeurs recommandées par l'organisation mondiale de la santé.