Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

La RATP se met à l'agriculture urbaine

lundi 24 juillet 2017 à 6:00 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris

La régie des transports se met au vert : elle vient de transformer le toit de l'un de ses bâtiments parisiens en ferme urbaine. 500m² de cultures maraîchères, au-dessus du centre médical Lachambaudie, près de la gare de Bercy. Les légumes et aromates sont vendus une fois par semaine aux agents RATP.

La ferme Lachambaudie occupe 500m² sur un toit du 12è arrondissement de Paris.
La ferme Lachambaudie occupe 500m² sur un toit du 12è arrondissement de Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Paris, France

C'est une oasis de verdure au milieu des toits parisiens. Des courgettes, des tomates, des concombres et des poivrons poussent à environ un mètre du sol, en compagnie de dizaines de variétés d'herbes aromatiques (basilic thaï, menthe chocolat, persil, coriandre...). Nous sommes sur le toit du centre médical Lachambaudie, réservé au personnel de la RATP. L'entreprise, via sa filiale immobilière SEDP, a investi 30.000€ pour créer cette ferme urbaine, dont la gestion a été confiée à la start-up Aéromate. Une première pour la régie, même si son siège social de Bercy abrite depuis 2015 un "démonstrateur d'agriculture urbaine", avec potager, poules et même écrevisses.

Végétaliser les toits pour réduire les îlots de chaleur.

Emeline Becq, chargée de mission développement durable à la SEDP.

Aéromate exploite déjà trois fermes urbaines dans Paris. - Radio France
Aéromate exploite déjà trois fermes urbaines dans Paris. © Radio France - Nicolas Olivier

Sur le toit de Lachambaudie, 500m² de cultures maraîchères en hydroponie, une technique qui permet d'économiser 90% d'eau car elle circule en circuit fermé. Aucun pesticide ni herbicide n'est utilisé, selon Aéromat. La jeune pousse espère "faire redécouvrir aux Parisiens la saveur des vraies herbes aromatiques", explique sa directrice générale Louise Doullier, en misant sur la fraîcheur, le goût, et quelques variétés exotiques. Pour l'instant, les seuls clients sont des agents RATP qui peuvent passer commande chaque semaine avant de venir récupérer leurs produits. "C'est pratique, on n'a plus besoin de passer par la case supermarché" se réjouit Mélissa, qui travaille au centre médical. "En plus c'est un circuit court, et cela fait des mois qu'on les voit travailler, ça donne envie de les soutenir".

La vente directe aux agents RATP a lieu chaque jeudi de 16h à 18h. - Radio France
La vente directe aux agents RATP a lieu chaque jeudi de 16h à 18h. © Radio France - Nicolas Olivier

Avec un objectif à terme de produire 31 tonnes par an, le toit pourrait aussi fournir des restaurateurs et des commerçants du quartier, ou encore des structures comme La Ruche qui dit oui.

Le toit fait la part belle aux herbes aromatiques, la spécialité d'Aéromate. - Radio France
Le toit fait la part belle aux herbes aromatiques, la spécialité d'Aéromate. © Radio France - Nicolas Olivier

Bientôt de la verdure dans le métro ?

Cette ferme est l'un des projets retenus dans le cadre de Parisculteurs, l'initiative de la ville de Paris qui doit permettre d'atteindre l'objectif de 33 hectares dédiés à l'agriculture urbaine d'ici 2020. Un second appel à projets sera lancé en septembre. De son côté, le groupe RATP envisage de végétaliser 4 hectares d'espaces en trois ans, dont 1,4 sous forme d'agriculture urbaine. Plusieurs sites sont à l'étude, notamment des centres de maintenance de bus mais aussi des souterrains. Des espaces verts dans le métro, c'est peut-être pour demain. Il n'y en a qu'un seul à ce jour : le jardin tropical créé en 1998 à la station Gare de Lyon, sur la ligne 14.